Le Srīmad Bhāgavatam  


  par Sa Divine Grâce
undefined
  Cinquième Chant 
"L'élan créateur"   

__________________
Douzième Chapitre:
  "Dialogue entre Mahārāja
      Rahūgaṇa et Jaḍa Bharata "  
Verset 12 
 Sans la miséricorde d'un grand bhakta
on ne peut réaliser la Vérité Absolue
__________________
 
rahūgaṇaitat tapasā na yāti
na cejyayā nirvapaṇād gṛhād vā
na cchandasā naiva jalāgni-sūryair
vinā mahat-pāda-rajo-'bhiṣekam

 

rahūgaṇa — ô roi Rahūgaṇa; etat — ce savoir; tapasā — par de sévères austérités; na yāti — n'est pas révélé; na — ne pas; ca — également; ijyayā — par un culte grandiose offert à la mūrti; nirvapaṇāt — ou en complétant tous ses devoirs matériels et en adoptant le sannyāsa; gṛhāt — par une vie de famille modèle; — ou; na — non plus; chandasā — en observant la continence ou en étuidant les Écritures védiques; na eva — non plus; jala-agni-sūryaiḥ — par de dures austérités, comme de rester dans l'eau, ou entouré de feu ou encore sous le soleil brûlant; vinā — sans; mahat — des grands bhaktas; pāda-rajaḥ — la poussière des pieds pareils-au-lotus; abhiṣekam — répandant sur tout le corps.

 

TRADUCTION

Ô roi, à moins d'avoir l'occasion de répandre sur tout son corps la poussière, des pieds pareils-au-lotus de grands bhaktas, nul ne peut réaliser la Vérité Absolue. Il n'est pas question d'y parvenir par la seule pratique de la continence brahmacarya, en se conformant strictement aux règles de la vie de famille, en quittant le foyer familial pour se faire vānaprastha, en optant pour le sannyāsa ou en se livrant à de rudes austérités, telles que rester dans l'eau en plein hiver ou s'installer au milieu d'un cercle de feu sous le soleil brûlant de l'été. Il existe encore de nombreuses autres méthodes visant à la compréhension de la Vérité Absolue, mais cette dernière n'est révélée qu'à celui qui a obtenu la miséricorde d'un grand bhakta.

TENEUR ET PORTÉE

Le pur bhakta a le pouvoir de conférer à qui il veut l'expérience concrète de la félicité spirituelle. Vedeṣu durlabham adurlabham ātma-bhaktau [Bs. 5.33] : nul ne peut accéder à la perfection spirituelle en se contentant de suivre les directives des  Vedas : il faut pour cela approcher un pur bhakta (anyābhilāṣitā-śūnyaḿ jñāna-karmādy-anāvṛtam) [Madhya 19.167]. Par sa grâce, nous pourrons saisir la Vérité Absolue,  Kṛṣṇa, ainsi que la relation qui nous unit à Lui. Le matérialiste croit parfois qu'il lui suffit, pour connaître la Vérité Absolue, de se livrer à des actes vertueux en restant chez lui, mais cette croyance se trouve réfutée dans notre verset. Il n'est pas davantage possible de connaître la Vérité Absolue en s'en tenant strictement aux règles du brahmacarya (célibat). Le seul moyen est de servir un pur bhakta; voilà qui nous permettra à coup sûr de connaître la Vérité Absolue.

Commenter cet article