Le Śrī Chaitanya Caritāmṛta
undefined

    par Sa Divine Grâce 
A.C Bhaktivedanta Swami Prabhupada
undefined

Madhya-līlā 
___________________
  Chapitre 8
        Entretiens avec Rāmānanda Rāya
Verset 128
   Quiconque connaît la science
de Kṛṣṇa peut devenir guru
_________________________
 
kibā vipra, kibā nyāsī, śūdra kene naya
yei kṛṣṇa-tattva-vettā, sei 'guru' haya

 

kibā — soit; vipra — un brāhmaṇa; kibā — soit; nyāsī — un sannyāsī; śūdra — un śūdra; kene — pourquoi; naya — ne pas; yei — quiconque; kṛṣṇa-tattva-vettā — un maître dans la science de Kṛṣṇa; sei — cette personne; guru — le maître spirituel; haya — est.

 

TRADUCTION

  "Que l'on soit un brāhmaṇa, un  sannyāsī ou un śūdra — peu importe —, on peut devenir maître spirituel si l'on est versé dans la science de Kṛṣṇa"

TENEUR ET PORTEE

Ce verset est très important pour le Mouvement pour la Conscience de Kṛṣṇa. Dans son Amṛta-pravāha-bhāṣya, Śrīla Bhaktivinoda Ṭhākura explique qu'on ne doit pas penser qu'il était incorrect pour Śrī Caitanya Mahāprabhu, qui était brāhmaṇa de naissance et au plus haut niveau spirituel en tant que sannyāsī, de se faire instruire par Śrī Rāmānanda Rāya, qui appartenait à la caste des śūdras. Pour clarifier ce sujet, Śrī Caitanya Mahāprabhu apprit à Rāmānanda Rāya que la connaissance de la conscience de Kṛṣṇa est plus importante que la caste d'une personne. Dans le système du varṇāśrama-dharma, diffèrents devoirs sont assignés aux brāhmaṇas, aux kṣatriyas et aux śūdras. Le brāhmaṇa est censé être le maître spirituel de tous les autres varṇas ou groupes sociaux, mais pour ce qui est la conscience de Kṛṣṇa, tout le monde a la possibilité de devenir un maître spirituel car la connaissance dans la conscience de Kṛṣṇa se situe sue le plan de l'âme. Pour répandre la conscience de Kṛṣṇa, on doit seulement connaître la science de l'âme spirituelle. Peu importe que l'on soit un brāhmaṇa, un kṣatriya, un vaiśya, un śūdra, un sannyāsī, un gṛhastha ou quoi que ce soit d'autre. Il suffit de comprendre cette science pour pouvoir devenir un maître spirituel.

Le Hari-bhakti-vilāsa déclare que l'on ne doit pas demander l'iniation à quelqu'un qui n'appartient pas à l'odre brāhmaṇique s'il setrouve un brāhmaṇa qualifié présent. Cette instruction est destinée à ceux qui sont trop dépendants de l'odre social matériel et convient à ceux qui souhaitent rester dans la vie matérielle. Si quelqu'un comprend en vérité ce qu'est la conscience de Kṛṣṇa et désire sérieusement obtenir la connaissance transcendantale pour parfaire son existence, il peut chosir un maître spirituel ayant n'importe quel statut social, à condition que celui-ci soit parfaitement versé dans la science de Kṛṣṇa. Śrīla Bhaktisiddhānta Sarasvatī Ṭhākura déclare également que, quel que soit son statut — brāhmaṇa, kṣatriya, vaiśya, śūdra, brahmacārī, vānaprastha, gṛhastha ou sannyāsī —, si l'on est versé dans la conscience de Kṛṣṇa, on peut  devenir maître spirituel en tant que vartma-pradarśaka-guru, dīkṣā-guru ou śikṣā-guru. Celui qui, le premier, informe quelqu'un au sujet de la vie spirituelle porte le nom de vartma-pradarśaka-guru.  Le maître spirituel qui initie selon les règles des śāstras est appelé dīkṣā-guru et le maître spirituel qui donne des directives pour élever le dévot est appelé śikṣā-guru. En fait, la valeur d'un maître spirituel dépend de ses connaissances dans la science de Kṛṣṇa. Peu importe qu'il soit brāhmaṇa, kṣatriya, sannyāsī ou śūdra. Cet enseignement donné par Śrī Caitanya Mahāprabhu ne va pas du tout à l'encontre de celui des śāstras. Il est dit en effet dans le Padma Purāṇa:

na śūdrā bhagavad-bhaktās
te 'pi bhāgavatottamāḥ
sarva-varṇeṣu te śūdrā
ye na bhaktā janārdane
 

L'homme véritablement avancé dans la science spirituelle de Kṛṣṇa n'est en aucun cas un śūdra, même s'il vient d'une famille de śūdra. Par ailleurs, un vipra ou un brāhmaṇa très compétent dans les six activités brāhmaṇiques (paṭhana, pāṭhana, yajana, yājana, dāna, pratigraha) et, de plus, versé dans les hymnes védiques, ne peut devenir maître spirituel à moins d'être un vaiṣṇava. Mais une personne issue d'une famille de caṇḍālas peut devenir un guru si elle est versée dans la conscience de Kṛṣṇa. Tels sont les enseignements des śāstras et, S'y conformant strictement, Śrī Caitanya Mahāprabhu, alors gṛhastha et nommé Viśvambhara, reçut l'iniation d'un guru guru du nom d'Īśvara Purī. De même, Śrī Nityānanda Prabhu reçut l'iniation de Mādhavendra Purī, un sannyāsī. D'autres disent cependant qu'Il fut initié par Lakṣmīpati Tīrtha. Advaita Ācārya, pourtant  gṛhastha, fut initié par Mādhavendra Purī, et Śrī Rasikānanda, bien qu'issu d'une famille brāhmaṇique, fut initié par Śrī Śyāmānanda Prabhu, qui n'appartenait pas à une famille de brāhmaṇas de caste. Il y a de nombreux exemples où un brāhmaṇa de naissance reçut l'initiation de quelqu'un qui n'était pas né dans une famille brāhmaṇique. Le Śrīmad-Bhāgavatam (7.11.35) définit comme suit les caractéristiques brāhmaṇiques:    

yasya yal-lakṣaṇaḿ proktaḿ
puḿso varṇābhivyañjakam
yad anyatrāpi dṛśyeta
tat tenaiva vinirdiśet
 
Si quelqu'un vient d'une famille śūdra mais possède toutes les qualités d'un maître spirituel, il doit être considéré, non seulement comme un brāhmaṇa, mais également comme un maître spirituel compétent. Telle est aussi l'instruction donnée par Śrī Caitanya Mahāprabhu. C'est pourquoi Śrīla Bhaktisiddhānta Sarasvatī Ṭhākura introduisit selon les règles la cérémonie du cordon sacré pour tous les vaiṣṇavas.
 
Certains vaiṣṇavas bhajanānandī ne pratiquent pas le sāvitra-saḿskāra (l'iniation au cordon sacré), mais cela ne signifie nullement qu'on doive appliquer ce principe dans la prédication. Il y a deux sortes de vaiṣṇavas — les bhajanānandīs et les goṣṭhyānandīs. Le vaiṣṇava bhajanānandī ne se préoccupe pas de prédication alors que le vaiṣṇava goṣṭhyānandī veut répandre la conscience de Kṛṣṇa pour le bien de tous et multiplier le nombre des vaiṣṇavas. Le vaiṣṇava est tenu pour supérieur au brāhmaṇa. En tant que prédicateur, il doit être vu comme un brāhmaṇa; sinon, sa position en tant que vaiṣṇava pourrait être mal comprise. Cependant, un brāhmaṇa vaiṣṇava est choisi non pas en fonction de ses origines mais en fonction de ses qualités. Malheureusement, ceux qui manquent d'intelligence ignorent la diffèrence entre un brāhmaṇa et un vaiṣṇava. Ils ont l'impression qu'à moins d'être un brāhmaṇa, on ne peut devenir maître spirituel. C'est pour cette seule raison que Śrī Caitanya Mahāprabhu déclare dans ce verset:
 
kibā vipra, kibā nyāsī, śūdra kene naya
yei kṛṣṇa-tattva-vettā, sei 'guru' haya
 
Si quelqu'un devient guru, il est automatiquement brāhmaṇa. Certains gurus de caste disent que ye kṛṣṇa-tattva-vettā, sei guru haya signifie qu'un non-brāhmaṇa peut devenir un śikṣā-guru ou un vartma-pradarśaka-guru mais pas un guru iniateur. D'après ces gurus de caste, les origines et les liens de famille priment sur tout. Les vaiṣṇavas, cependant, n'acceptent pas les considérations héréditaires. Le terme guru s'applique autant au vartma-pradarśaka-guru et au śikṣā-guru qu'au dīkṣā-guru. Si nous n'acceptons pas le principe énoncé par Śrī Caitanya Mahāprabhu, ce Mouvement pour la Conscience de Kṛṣṇa ne pourra jamais se répandre dans le monde entier. Śrī Caitanya Mahāprabhu exprima Ses intentions: pṛthivīte āche yata nagarādi-grāma sarvatra pracāra haibe mora nāma — la religion de Śrī Caitanya Mahāprabhu doit être prêchée dans le monde entier. Cela ne signifie pas que les gens doivent adopter Ses enseignements et demeurer pourtant des śūdras ou des caṇḍālas. Dès lors que l'on a été éduqué comme un pur vaiṣṇava, on doit être considéré comme un brāhmaṇa authentique. Voilà l'essence des enseignements de Śrī Caitanya Mahāprabhu dans ce verset. 

Commenter cet article