Le Srīmad Bhāgavatam  

  par Sa Divine Grâce
Septième Chant 
"La science de Dieu" 
_____________________
  Onzième Chapitre
"Prahlāda apaise le Seigneur
Nrsimhadeva avec des prières"
Verset 35
  Les qualités d'une personne (plutôt que
ses origines) déterminent son ordre social.

____________________

 

yasya yal lakṣaṇaḿ proktaḿ
puḿso varṇābhivyañjakam
yad anyatrāpi dṛśyeta
tat tenaiva vinirdiśet

 

yasya — de qui; yat — dont; lakṣaṇam — signes; proktam — décrits (précédemment); puḿsaḥ — d'une personne; varṇa-abhivyañjakam — indiquant la classification (brāhmaṇa, kṣatriya, vaiśya, śūdra, etc.); yat — si; anyatra — ailleurs; api — aussi; dṛśyeta — est vu; tat — cela; tena — par ce signe; eva — certainement; vinirdiśet — il faut désigner.

 

TRADUCTION

Si quelqu'un possède manifestement les qualités d'un brāhmaṇa, d'un kṣatriya, d'un vaiśya ou d'un śūdra, telles qu'elles ont été précédemment définies, il doit être classé en fonction de ces qualités, même s'il est né au sein d'un autre groupe.

TENEUR ET PORTÉE

 

  Nārada Muni déclare ici clairement qu'il ne faut pas classer quelqu'un comme un brāhmaṇa, un kṣatriya, un vaiśya ou un śūdra en fonction de ses origines, car bien que cette pratique soit courante de nos jours, elle n'est pas reconnue par les śāstras. Selon la Bhagavad-gītā (4.13):  cātur-varṇyaḿ mayā sṛṣṭaḿ guṇa-karma-vibhāgaśaḥ. Les quatre divisions de la société (brāhmaṇa, kṣatriya, vaiśya et śūdra) doivent être déterminées en fonction des qualités et des activités individuelles. Si quelqu'un est né dans une famille brāhmaṇas et a développé en lui les qualités brahmaniques, il doit être accepté comme brāhmaṇa; autrement, il doit être considéré comme un brahma-bandhu. Pareillement, si un sudra acquiert les qualités d'un brāhmaṇa, il cesse d'être un śūdra, même s'il est issu d'une famille de śūdras; ayant développé en lui les qualités d'un brāhmaṇa, il doit être reconnu comme un brāhmaṇa. Le Mouvement pour la Conscience de Kṛṣṇa est précisément destiné à favoriser ces qualités brahmaniques. Indépendamment de la communauté dont on est issu, si l'on développe en soi les qualités d'un brāhmaṇa, on doit être reconnu comme tel, et on peut alors accéder à l'ordre du sannyasa. A moins d'avoir développé en soi les qualités brahmaniques, on ne peut adopter le sannyāsa. Lorsqu'il s'agit de classer une personne en tant que brāhmaṇa, kṣatriya, vaiśya ou śūdra, l'origine familiale n'est pas le facteur essentiel. Ce point est très important. Nārada Muni dit clairement ici qu'une personne ne peut être identifiée à son varṇa de naissance que si elle en possède les qualités. Quiconque possède les qualités d'un brāhmaṇa doit être reconnu comme tel, quelles que soient ses origines. Et de la même façon, si quelqu'un a développé les qualités d'un śūdra ou d'un caṇḍāla c'est ainsi qu'il doit être considéré, quelles que soient également ses origines.

Commenter cet article