Le Srīmad Bhāgavatam  


par Sa Divine Grâce
Premier Chant 
"La création"  
__________________
 Septième Chapitre:
  "Châtiment du fils de Drona" 
Verset 6 
Le service de dévotion soulage
des souffrances matérielles

__________________ 


anarthopaśamaḿ sākṣād
bhakti-yogam adhokṣaje
lokasyājānato vidvāḿś
cakre sātvata-saḿhitām

 

anartha choses superflues; upaśamam — réduites; sākṣāt — directement; bhakti-yogam — la pratique unitive du service de dévotion; adhokṣaje — à la Transcendance; lokasya — des hommes en général; ajānataḥ — qui ne sont pas conscients de; vidvān — le très érudit; cakre — compilé; sātvata — en relation avec la Vérité Absolue; saḿhitām — Ecrit védique.

 

TRADUCTION

La pratique unitive du service de dévotion a pouvoir de soulager directement les souffrances matérielles, par ailleurs superflues, de l'être distinct. Mais les hommes, en général, l'ignorent; voilà pourquoi le très érudit Vyāsadeva rédigea cet Ecrit védique, qui traite de la Vérité Absolue.

TENEUR ET PORTEE

 

Śrīla Vyāsadeva a vu le Seigneur Suprême et infiniment parfait. Or, comme l'enseigne notre verset, l'Absolu, l'Etre Suprême, totalité parfaite, comprend également Ses diverses parties intégrantes. Śrīla Vyāsadeva a donc perçu Ses différentes énergies - l'énergie interne, la marginale et l'externe- de même que Ses diverses émanations plénières et émanations d'émanations plénières, c'est-à-dire les avatāras. Il a tout particulièrement noté les maux regrettables dont souffre l'âme conditionnée, égarée par l'énergie externe. Et maintenant, il envisage leur remède, à savoir la pratique du service de dévotion. Il s'agit là d'une grande science, qui commence par l'écoute et le chant des Noms, des Gloires...., de tout ce qui a trait au Seigneur Suprême. Toutefois, la résurrection de notre amour endormi pour l'Etre Divin ne dépend  pas de de l'exercice mécanique de cette écoute  et de ce chant; elle repose uniquement et entièrement sur la miséricorde immotivée du Seigneur, qui, lorsque Son dévot a su Le satisfaire pleinement par ses efforts sincères, peut lui conférer la bénédiction de Son service d'amour pur. Néanmoins, la simple application des méthodes prescrites d'écoute et de chant des gloires du Seigneur permet aussitôt d'adoucir les souffrances superflues qui caractérisent l'existence dans l'univers matériel. Ainsi, faire cesser la fièvre matérielle, cela ne dépend en rien du développement du savoir spirituel. Bien plutôt, le savoir dépend du service de dévotion quand il s'agit de la réalisation ultime de la Vérité Absolue.

Commenter cet article