Publié par Jagad

Le Śrī Chaitanya Caritāmṛta

undefined
    par Sa Divine Grâce 
A.C Bhaktivedanta Swami Prabhupada
undefined
    
Madhya-līlā 
___________________
       Chapitre 8
        Entretiens avec Rāmānanda Rāya
          Verset 274
    Le mahā-bhāgavata voit
     Kṛṣṇa en tout et partout
_________________________
 
sthāvara-jańgama dekhe, nā dekhe tāra mūrti
sarvatra haya nija iṣṭa-deva-sphūrti

 

sthāvara-jańgama mobile et inerte; dekhe — il voit; — ne pas; dekhe — voit; tāra — sa; mūrti — forme; sarvatra — partout; haya — il y a; nija — son propre; iṣṭa-deva — Seigneur digne d'adoration; sphūrti — manifestation.

 

TRADUCTION

"Le mahā-bhāgavata, le dévot élevé, voit certes toutes choses, mobiles et immobiles, mais ce qu'il voit n'est pas exactement leurs formes; il voit plutôt immédiatement se manifester partout la forme du Seigneur Suprême."

TENEUR ET PORTÉE

Du fait de son profond amour exactique pour Kṛṣṇa, le mahā-bhāgavata voit Kṛṣṇa partout et il ne voit rien d'autre. La Brahma-saḿhitā (5.38) le confirme : premāñjana-cchurita-bhakti-vilocanena santaḥ sadaiva hṛdayeṣu vilokayanti.

Dès qu'un dévot voit quelque chose — de mobile ou d'inerte —, il se souvient immédiatement de Kṛṣṇa. Un dévot élevé est haut situé en matière de connaissance. Ce savoir est tout à fait naturel pour un dévot car il a déjà lu dans la Bhagavad-gītā la façon dont on éveille sa conscience de Kṛṣṇa.

D'après la Bhagavad-gītā (7.8) :

raso 'ham apsu kaunteya
prabhāsmi śaśi-sūryayoḥ
praṇavaḥ sarva-vedeṣu
śabdaḥ khe pauruṣaḿ nṛṣu
 

"De l'eau Je suis la saveur, ô fils de Kuntī, du soleil et de la lune la lumière, des mantras védiques la sylllabe oḿ. Je suis le son dans l'éther, et dans l'homme l'aptitude."

Ainsi, lorsqu'un dévot boit de l'eau ou n'importe quel autre liquide, il se souvient instantanément de Kṛṣṇa. Le dévot n'a aucune difficulté à garder éveillée sa conscience de Kṛṣṇa vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Il est dit à cet égard :

sthāvara jańgama dekhe nā dekhe tāra mūrti
sarvatra haya nija iṣṭa-deva-sphūrti
 

Une personne sainte, un dévot élevé, voit Kṛṣṇa et seulement Kṛṣṇa vingt-quatre heures sur vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Le dévot voit toutes choses mobiles ou immobiles comme des transformations de l'énergie de Kṛṣṇa. C'est ce que déclare la Bhagavad-gītā (7.4) :

bhūmir āpo 'nalo vāyuḥ
khaḿ mano buddhir eva ca
ahańkāra itīyaḿ me
bhinnā prakṛtir aṣṭadhā
 

"Terre, eau, feu, air éther, mental, intelligence et faux ego, ces huits éléments, séparés de Moi, constituent Mes énergies matérielles."

En vérité, rien n'est séparé de Kṛṣṇa. Lorsqu'un dévot voit un arbre, il sait que l'arbre est une combinaison de deux énergies — matérielle et spirituelle. L'énergie inférieure, matérielle, constitue le corps de l'arbre; cependant, à l'intérieur de l'arbre se trouve l'être vivant, l'étincelle spirituelle, qui est une parcelle de Kṛṣṇa. C'est l'énergie supérieure de Kṛṣṇa en ce monde. Tout ce que nous pouvons voir de vivant qu'une combinaison de ces deux énergies. Lorsqu'un élevé pense à ces énergies, il comprend immédiatement que ce sont des manifestations du Seigneur Suprême. Dès que nous voyons le soleil apparaître le matin, nous nous levons et nous nous préparons à vaquer à nos devoirs. De même, dès qu'un dévot voit l'énergie du Seigneur, il se souvient de Śrī Kṛṣṇa, comme l'indique le verset suivant :

sarvatra haya nija iṣṭa-deva-sphūrti

Le dévot qui a purifié son existence par la pratique du service dévotionnel ne voit que Kṛṣṇa à chaque instant de sa vie. Cela est également expliqué dans le prochain verset, qui est tiré du Śrīmad-Bhāgavatam (11.2.45)

Commenter cet article