Publié par Jagad

Le Srīmad Bhāgavatam  

par Sa Divine Grâce
undefined
  Septième Chant 
"La science de Dieu"   

__________________
 Sixième Chapitre:
  "Prahlāda instruit ses camarades
de classe démoniaques"
  
 
Verset 3
Le bonheur tout comme le malheur
peut s'obtenir sans efforts
__________________
 
sukham aindriyakaḿ daityā
deha-yogena dehinām
sarvatra labhyate daivād
yathā duḥkham ayatnataḥ

 

sukham — bonheur; aindriyakam — par rapport aux sens matériels; daityāḥ — ô mes chers amis, issus de familles d'asuras; deha-yogena — parce que possédant un type particulier de corps matériel; dehinām — de tous les êtres vivants incarnés; sarvatra — partout (sous toute forme de vie); labhyate — peut être obtenu; daivāt — par un arrangement supérieur; yathā — comme; duḥkham — malheur; ayatnataḥ — sans efforts.

 

TRADUCTION

 

Mes chers amis, vous qui êtes tous issus de familles d'asuras, le bonheur ressenti par le corps au contact des objets des sens peut être obtenu dans n'importe quelle forme de vie en fonction de nos actes passés. Ce bonheur survient automatiquement, sans que nous ayons à faire d'efforts pour l'obtenir, tout comme cela se passe pour le malheur.

 

TENEUR ET PORTÉE

 

Dans l'univers matériel, au sein de toutes les espèces vivantes, il existe une certaine forme de prétendus bonheur et malheur. Personne ne sollicite le malheur et son cortège de souffrances, mais cela ne les empêche pas de venir tout de même. De la même façon, même si nous ne faisons aucun effort pour jouir des avantages que procure le bonheur matériel, nous les obtiendrons tout de même. Ce type de bonheur et de malheur est accessible dans toute forme de vie, et ne requiert pas d'effort particulier. Nous n'avons donc pas à gaspiller notre temps et notre énergie à lutter contre le malheur ou à peiner en vue du bonheur. La seule préoccupation de l'être humain doit être de raviver sa relation avec Dieu, la Personne Suprême, de façon à devenir digne de retourner à Lui, en sa demeure originelle. Le bonheur et le malheur matériels surviennent dès que nous revêtons un corps matériel, quel qu'il soit; nous ne pouvons en aucune circonstance y échapper. Par suite, le meilleur usage que nous puissions faire de notre vie humaine consiste à raviver notre relation avec le Seigneur Suprême, Viṣṇu.

Commenter cet article