Publié par Jagad

Le Śrī Chaitanya Caritāmṛta

par Sa Divine Grâce 
A.C Bhaktivedanta Swami Prabhupada 
undefined  

Madhya-līlā 
_________________
Chapitre 19
"Les enseignements à Rupa Gosvami"
Verset 156
L'offense aux vaishnavas ou
"l'offense de l'éléphant fou"  
_________________________
 
yadi vaiṣṇava-aparādha uṭhe hātī mātā
upāḍe vā chiṇḍe, tāra śukhi' yāya pātā
 
 

yadi — si; vaiṣṇava-aparādha — une offense commis aux pieds d'un vaiṣṇava; uṭhe — s'élève; hātī — un éléphant; mātā — fou; upāḍe — déracine; — ou; chiṇḍe — casse; tāra — de la plante; śukhi' — recroquevillant; yāya — va; pātā — la feuille.

 

TRADUCTION

"Si le dévot commet une offense aux pieds d'un vaiṣṇava pendant qu'il cultive la plante du service de dévotion dans le monde matériel, son offense est comparée à un éléphant en furie qui arrache la plante et la casse, si bien que les feuilles se dessèchent.

TENEUR ET PORTÉE

L'attitude dévotieuse se développe dans la compagnie d'un vaiṣṇava.

tāńdera caraṇa sevi bhakta-sane vāsa
janame janame haya, ei abhilāṣa
 

Par son exemple personnel, Narottama dāsa Ṭhākura souligne l'importance pour le dévot de se rappeler son devoir de toujours donner satisfaction à l'ācārya précédent. Le maître spirituel est un représentant des Gosvāmīs. Sans suivre strictement la filiation spirituelle des ācāryas, nul ne peut devenir un ācārya (maître spirituel). Celui qui cherche sérieusement à progresser dans le service de dévotion devrait avoir pour unique désir de satisfaire les ācāryas précédents. Ei chaya gosāñi yāra, mui tāra dāsa — on doit toujours se considérer le serviteur du serviteur des ācāryas, et, fort de cette conviction, vivre en compagnie des vaiṣṇavas. Celui qui se croit très mûr et capable de vivre séparé de la compagnie des vaiṣṇavas, et qui arrête ainsi de suivre les principes régulateurs à cause d'offenses commises à l'encontre d'un vaiṣṇava, court un très grand danger. Les offenses au saint nom sont expliquées dans l'Ādi-līlā (chapitre 8, verset 24). L'attitude de celui qui ne suit plus aucun principe régulateur et qui cède à ses caprices est comparée à celle d'un éléphant fou qui arrache de force la bhakti-latā et la réduit en morceaux, laissant ainsi se flétrir la plante de la dévotion. Une telle offense survient particulièrement lorsqu'on désobéit aux instructions du maître spirituel, et porte le nom de guru-avajñā. Le dévot doit donc faire très attention à ne commettre aucune offense envers le maître spirituel. La moindre déviation des instructions données par le maître spirituel provoque le déracinement de la bhakti-latā et le dessèchement graduel de toutes ses feuilles.

Commenter cet article