Publié par Jagad

Le Śrī Chaitanya Caritāmṛta

    

 par Sa Divine Grâce 
A.C Bhaktivedanta Swami Prabhupada
undefined 

   Adi-līlā  
 ___________________

Chapitre 2
 "Śrī Caitanya Mahāprabhu,
le Seigneur Suprême"
Verset 117    
L'importance d'une compréhension
profonde des Écritures

     _________________________

 
siddhānta baliyā citte nā kara alasa
ihā ha-ite kṛṣṇe lāge sudṛḍha mānasa

 

siddhānta — conclusion; baliyā — considérant; citte — dans le mental; kara — ne soyez pas; alasa — indolents; ihā — cela; ha-ite — de; kṛṣṇe — en Śrī Kṛṣṇa; lāge — devient établi; su-dṛḍha — très ferme; mānasa — le mental.

 

TRADUCTION

Que l'étudiant sincère ne néglige pas de débattre ces questions, les considérant comme sujettes à controverse, car de telles discussions affermissent le mental, lequel peut dès lors s'attacher à Śrī Kṛṣṇa.
 

TENEUR ET PORTEE

 

Nombreux ceux qui, même s'ils étudient la Bhagavad-gītā, se méprennent sur l'identité réelle de Śrī Kṛṣṇa du fait d'une connaissance imparfaite et concluent qu'Il n'est personnage historique ordinaire. Il faut à tout prix éviter de commmettre une telle erreur et mettre un soin tout particulier à saisir la vérité sur Kṛṣṇa. Celui qui d'acquérir pour lui-même une connaissance déterminante de Kṛṣṇa, s'égarera quant à la science dévotionnelle, au même titre que ces bhaktas prétenduemment avancés qui simulent l'extase spirituelle quelque fois perçue chez les âmes libérées. Bien que l'usage d'arguements logiques convienne on ne peut mieux pour amener les profanes à se faire bhaktas, un néophyte doit toujours s'appliquer à saisir Kṛṣṇa en se référant aux Ecritures, aux bhaktas authentiques et au maître spirituel. A moins d'écouter ce qui a trait à Kṛṣṇa auprès de telle autorités en la matière, nul ne saurait progresser sur le sentier de la dévotion pour Kṛṣṇa. Les Ecritures dénombrent neuf voies d'accès au service de dévotion, parmi lesquelles la première, l'audition des gloires de Kṛṣṇa auprès d'une source authentique, revêt la plus grande importance. En effet, la graine de la dévotion ne peut germer si elle n'est pas arrosée par l'audition et le chant. Il faut recevoir les messages divins d'une oreille soumise et auprès de sources hautement spirituelles, et les répéer ensuite pour son propre bien, tout autant que pour le bien de ses auditeurs. Expliquant la position des purs bhaktas libres de l'action intéressée comme de toute aspiration philosophique empiriste, Brahmā recommande qu'on écoute les enseignements de ces sages engagés sur le sentier de la dévotion. Marcher sur les traces d'âmes ainsi libérées, dont les enseignements se composent de vibrations sonores purement spirituelles, conduit à la dévotion la plus haute et permet de devenir un mahā-bhāgavata. Alors qu'Il instruisait Sanātana Gosvāmī,  Śrī Kṛṣṇa Caitanya Mahāprabhu S'adressa à lui en ces termes :
 
śāstra-yuktye sunipuṇa, dṛḍha-śraddhā yāńra
'uttama-adhikārī' sei tāraye saḿsāra
 
"L'homme qui est habile à saisir la conclusion des Ecritures révélées et qui s'est tout entier abandonné à la cause du Seigneur, est réellement capable de délivrer autrui des griffes de l'existence matérielle." (C.cn Madhya 22.65) Śrīla Rūpa Gosvāmī stipule d'autre part dans son Upadeśāmṛta que la rapidité avec laquelle le bhakta progresse sur la voie du service de dévotion tient à l'ardeur et à la perséérance qui l'animent dans l'accomplissement dess devoirs prescrits par les Ecriturres et confirmés par le maître spirituel. La compagnie des purs bhaktas ainsi que l'adhésion à la voie tracée par les âmes libérées enrichissent ces activités.
 
De pseudo-bhaktas, désireux d'être reconnus comme des Vaiṣṇavas de haut rang, imitent les ācāryasprécédents sans toutefois marcher sur leurs traces ou suivre les principes établis par eux; ceux-là, le Śrīmad-Bhāgavatam les dit dotés d'un coeur de pierre. Śrīla Viśvanātha Cakravartī Ṭhākura dépeint ainsi leur condition : bahir aśru-pulakayoḥ sator api yad dhṛdayaḿ na vikriyeta tad aśma-sāram iti kaniṣṭhādhikāriṇām eva aśru-pulakādi-mattve 'pi aśma-sāra-hṛdayatayā nindaiṣā. "Ceux qui versent des larmes à force de pratique mais dont le coeur n'a connu aucune transformation, ceux-là doivent être tenus pour des bhaktas au coeur de pierre et du niveau le plus bas. Leurs larmes feintes méritent toujours l'opprobe." Le changement de coeur souhaité auquel fait allusion ce verset est marqué par une aversion à l'égard de tout acte contraire aux voies de la dévotion. Et pour que s'opére dans le coeur une telle transformation, l'échange de propos concluants sur Kṛṣṇa et Ses diverses énergies est d'une absolue nécessité. Nos pseudo-bhaktas croient peut-être que le seul fait de verse des larmes les élévera au niveau transcendantal même s'il ne s'est opéré en leur coeur aucune transformation réelle, mais une telle pratique est vaine si elle ne s'accompagne d'une réalisation spirituelle tangible. Ces faux bhaktas, ignorant la conclusion de la connaissance transcendantal, s'imaginent que leurs larmes feintes lesauveront. D'autres simulateurs croient qu'il est aussi vain de se livrer à l'étude des ouvrages laissés par les ācāryas précédents que d'étudier les arides philosophies empiristes. Mais Śrīla Jīva Gosvāmī, dans le sillage de ses prédécesseurs, réunit les conclusions des Ecritures en six thèses, qu'il nomma Ṣaṭ-sandarbhas. Les pseudos-bhaktas pour qui ces conclusions demeurent mal connues ne peuvent accéder à la dévotion pure, car ils manquent de ferveur pour accepter les instructions favorables que leur donnent les âmes réalisées quant à l'accomplissement du service de dévotion. De tels simulateurs s'appparentent aux impersonnalistes, qui placent eux aussi le service de dévotion et l'action intéressée sur un pied d'égalité.

Commenter cet article