Publié par Jagad

 

     Par Sa Divine Grâce
_______________________ 
Chapitre 13
La prakṛti, le purusa
et la conscience
Verset 34
L'âme éclaire de la conscience 
le corps tout entier
_____________________

 

yathā prakāśayaty ekaḥ
kṛtsnam lokam  imam raviḥ
kṣetram  kṣetrī tathā kṛtsnam
prakāśayati bhārata

 

  yat — comme; prakāśayati — illumine; ekaḥ — unique; kṛtsnam — la totalité; lokam — de l'univers; imam — ce; raviḥ — soleil; kṣetram — ce corps; kṣetrī — l'âme; tathā — pareillements; kṛtsnam — tout; prakāśayati — illumine; bhārata — ô descendant de Bharata.

 

TRADUCTION

Comme le soleil, à lui seul, illumine tout l'univers, ainsi, ô descendant de Bharata, l'âme spirituelle, à elle seule, éclaire de la conscience le corps tout entier.

  TENEUR ET PORTEE

 

Il existe, concernant la conscience, diverses théories. Ici, la Bhagavad-gita la compare à la lumière du soleil. En effet, comme le soleil, qui, d'un point de l'univers, éclaire l'univers tout entier, l'étincelle spirituelle située dans le coeur du corps, illumine, par la conscience, le corps tout entier. La conscience est donc la preuve de la présence de  l'âme, tout comme la lumière du soleil prouve la présence du soleil.

Tant que l'âme est présente dans le corps, celui-ci est tout entier pénétré de conscience, mais dès qu'elle quitte le corps, la conscience disparaît avec elle. N'importe quel homme d'intelligence peut comprendre cela. La conscience n'est donc pas le fruit d'une quelconque combinaison des éléments matériels. Elle est le signe de la présence d'une âme. Bien que qualitativement une avec la conscience suprême, cependant, la conscience de l'être distinct ne se confond pas avec la conscience suprême, car elle ne s'étend qu'à un seul corps. L'Ame  Suprême, Elle, sise dans tous les corps, en tant qu'amie de l'être distinct, est consciente de tous les corps. Telle est la distinction entre la conscience individuelle et la conscience suprême. 

Commenter cet article