Le Śrī Chaitanya Caritāmṛta

par Sa Divine Grâce 
A.C Bhaktivedanta Swami Prabhupada 

undefined  

Madhya-līlā 
_________________
Chapitre 19
"Les enseignements à Rupa Gosvami"
Verset 157
Il faut protéger sa plante de
dévotion contre les offenses
_________________________
 
tāte mālī yatna kari' kare āvaraṇa
aparādha-hastīra yaiche nā haya udgama

 

tāte — donc; mālī — le dévot jardiner; yatna kari' — avec grande attention; kare — fait; āvaraṇa — clôture de protection; aparādha — des offenses; hastīra — de l'éléphant; yaiche — de telle façon; — ne pas; haya — il y a; udgama — naissance.

TRADUCTION

"Le jardinier doit veiller sur la plante en la clôturant de manière à empêcher le puissant éléphant représentant les offenses de l'approcher."

TENEUR ET PORTÉE

Lorsque la plante de la bhakti-latā pousse, le dévot doit veiller sur elle en l'entourant d'une clôture de protection, ce qui consiste pour lui à se protéger en s'entourant de purs dévots. De cette façon, il ne donnera aucune chance à l'éléphant furieux représentant les offenses d'arracher sa jeune plante de bhakti-latā. Celui qui au contraire vit dans la compagnie de non-dévots met cet éléphant fou en liberté. Telles sont les paroles de Śrī Caitanya Mahāprabhu : asat-sańga-tyāga, — ei vaiṣṇava-ācāra  — le premier devoir du vaiṣṇava est de rejeter la compagnie des non-dévots. Le soi-disant dévot qui se prétend mûr commet une grave offense s'il abandonne la compagnie des purs dévots. L'être vivant est un animal social, et s'il abandonne la compagnie des purs dévots, il recherchera forcément celle des non-dévots (asat-sańga). A leur contact , et du fait qu'il s'adonne à des actes non dévotionnels, ce dévot soi-disant mûr sera victime de l'offense de l'éléphant fou. Quel que soit le stade de croissance de sa plante dévotionnelle, elle sera aisément déracinée par une telle offense. Il faut donc faire très attention à défendre la plante en l'entourant de protection — c'est-à-dire en suivant les principes régulateurs et en vivant en compagnie de purs dévots.

Celui qui pense qu'au sein de ce Mouvement pour la Conscience de Kṛṣṇa se trouvent de nombreux prétendus dévots ou des non-dévots, peut rester en contact direct avec son maître spirituel, et s'il subsiste en lui le moindre doute, il doit en lui faire part. Quoi qu'il en soit, à moins de suivre les instructions de son maître spirituel et les principes régulateurs régissant le chant et l'écoute du saint nom du Seigneur, il est impossible de devenir un pur dévot. Celui qui préfère suivre les fantaisies de son mental est sûr de déchoir du service de dévotion. Vivre dans la compagnie de non-dévots amène à briser les principes régulateurs et à courir ainsi à sa perte. Śrīla Rūpa Gosvāmī dit dans son Upadeśāmṛta :

atyāhāraḥ prayāsaś ca
prajalpo niyamāgrahaḥ
jana-sańgaś ca laulyaḿ ca
ṣaḍbhir bhaktir vinaśyati
 

"Il verra bientôt son service de dévotion s'altérer, celui qui se livre aux six activités suivantes :1) manger  ou entasser plus de richesses que nécessaire; 2) entreprendre de trop grands efforts pour gagner des biens matériels difficilement accessibles; 3) débattre sans nécessité de questions matérielles; 4) adhérer strictement aux règles et principes scripturaires par pur amour des règles plûtot qu'en vue de favoriser le progrès spirituel, ou encore de les rejeter et agir d'une manière indépendante ou selon l'humeur; 5) fréquenter des personnes à l'esprit matérialiste qui ne montrent pas d'intérêt pour la conscience de Kṛṣṇa; 6) et nourrir une soif ardente pour des réalisations d'ordre matériel."

Commenter cet article