Le Śrī Chaitanya Caritāmṛta

     

par Sa Divine Grâce 
A.C Bhaktivedanta Swami Prabhupada
undefined

   Adi-līlā  
 ___________________

Chapitre 7
    "Les cinq aspects de
Śrī Caitanya"
  Verset 112
Contrairement aux interprétations mayavadas,  
Dieu n'est pas impersonnel dans les Vedas
__________________________
 

tāńhāra vibhūti, deha, — saba cid-ākāra
cid-vibhūti ācchādi' tāńre kahe 'nirākāra'

 

tāńhāra — Sa (de Dieu, la Personne Suprême); vibhūti — puissance spirituelle; deha — corps; saba — tout; cit-ākāra — forme spirituelle; cit-vibhūti — pouvoir spirituel; ācchādi' — voilant; tāńre — Lui; kahe — dit; nirākāra — dépourvu de forme.

TRADUCTION

"Tout ce qui est en rapport avec Dieu, la Personne Suprême, y compris Son corps et Ses pouvoirs, est de nature spirituelle. La philosophie māyāvāda, toutefois, voilant Sa puissance spirituelle, appuie la théorie de l'impersonnalisme."

TENEUR ET PORTÉE

La Brahma-saḿhitā enseigne: īśvaraḥ paramaḥ kṛṣṇaḥ sac-cid-ānanda-vigrahaḥ —"Kṛṣṇa, Dieu, la Personne Suprême, a un corps spirituel tout de connaissance, de félicité et d'éternité." Dans le monde matériel, les corps sont exactement le contraire: temporaires, pleins d'ignorance et de souffrance. Par conséquent, si l'on dit parfois que Dieu, la Personne Suprême, est nirākāra, c'est afin d'indiquer qu'Il ne possède pas un corps matériel comme nous.

Les philosophes māyāvādīs ignorent ce qu'il faut entendre lorsqu'il est dit que le Seigneur Suprême est dépourvu de forme. Dieu n'a pas une forme semblabe à la nôtre, mais Il a une forme spirituelle. Ne sachant pas cela, les māyāvādīs ne soutiennent que le point de vue partiel selon lequel l'aspect suprême de Dieu, ou Brahman, est dépourvu de forme (nirākāra). A ce propos, Śrīla Bhaktivinoda Ṭhākura fait appel à nombre de citations tirées des Écrits védiques. Celui qui accepte la signification réelle ou directe de ces assertions védiques peut comprendre que Dieu, la Personne Suprême, a un corps spirituel  (sac-cid-ānanda-vigrahaḥ).

La Bṛhad-āraṇyaka Upaniṣad enseigne que le corps du Seigneur Suprême est de nature spirituelle, car bien qu'Il Se déploie de diverses manières, Il demeure inchangé: pūrṇam adaḥ pūrṇam idaḿ pūrṇāt pūrṇam udacyate. Le Seigneur déclare dans la Bhagavad-gītā (10.8) : ahaḿ sarvasya prabhavo mattaḥ sarvaḿ pravartate —"Je suis la source de toutes choses. Tout émane de Moi." Les philosophes māyāvādīs pensent, selon un point de vue matérialiste, que si la Vérité Suprême Se déploie dans tout ce qui est, Elle doit perdre Sa forme originelle. Aussi estiment-ils qu'il ne saurait exister une forme du Seigneur autre que Son corps universel gigantesque. Or, un mantra de la Bṛhad-āraṇyaka Upaniṣad confirme : pūrṇam idaḿ pūrṇāt pūrṇam udacyate —"Bien qu'Il Se déploie de nombreuses manières, Sa personnalité originelle reste immuable. Son corps spirituel originel demeure inchangé." De même, la Śvetāśvatara Upaniṣad enseigne : vicitra-śaktiḥ puruṣaḥ purāṇaḥ —"Dieu, l'originelle Personne Suprême (puruṣa), a de multiples énergies." Sa vṛkṣa-kālākṛtibhiḥ paro 'nyo yasmāt prapañcaḥ parivartate 'yaḿ dharmāvahaḿ pāpanudaḿ bhageśam : "Origine de la création matérielle, Il est l'unique cause de tous les changements. Protecteur de la religion et destructeur de toutes les activités répréhensibles, Il est le maître de toutes les perfections ." (Śvet. Up., 6.6) Vedāham etaḿ puruṣaḿ mahāntam āditya-varṇaḿ tamasaḥ parastāt: "Je peux maintenant concevoir le Seigneur Suprême comme le plus grand de tous. Rayonnant comme l'astre du jour, Il existe au-delà de l'univers matériel." Patiḿ patīnāḿ paramaḿ parastāt : "Seigneur des seigneurs, Il surpasse les plus grands".  (Śvet., 6.9) Mahān prabhur vai puruṣaḥ : "Il est le maître suprême et la personne suprême." Parāsya śaktir vividhaiva śrūyate : "Nous pouvons concevoir Ses perfections de diverses manières."  (Śvet., 6.8) Ce sont des déclarations de la Śvetāśvatara Upaniṣad. De même, le Ṛg Veda (1.22.20) enseigne : tad viṣṇoḥ paramaḿ padaḿ sadā paśyanti sūrayaḥ  —"Viṣṇu est le Suprême et les sages authentiques méditent uniquement sur Ses pieds pareils-au-lotus." La Praśna Upaniṣad (6.3) déclare : sa īkṣāḿ cakre —"Il porta Son regard sur la création matérielle." L'Aitareya Upaniṣad (1.1.1) dit aussi : sa aikṣata —Il porta Son regard sur la création matérielle"—, et encore (1.1.2): sa imāl lokān asṛjata —"Il créa l'Univers matériel entier."

Ainsi, il est possible de citer de nombreux versets des Upaniṣads et des Vedas qui prouvent que la manifestation suprême du divin n'est pas impersonnelle. La Kaṭha Upaniṣad (2.2.13) déclare également:  nityo nityānāḿ cetanaś cetanānām eko bahūnāḿ yo vidadhāti kāmān —"Il est l'être suprême éternellement conscient, qui soutient tous les autres êtres vivants." Toutes ces citations tirées des Écritures védiques nous permettent de comprendre que la Vérité Absolue est une personne, bien que nul ne puisse La surpasser, ni même L'égaler. Bien qu'il existe de nombreux philosophes māyāvādīs qui, dans leur sottise, se flattent même de Lui être supérieurs, Kṛṣṇa est asamaurdhva: nul ne Le surpasse ni même ne L'égale.

Un verset de la Śvetāśvatara Upaniṣad (3.19) dépeint la Vérité Absolue comme étant sans bras ni jambes (apāṇi-pādo javano grahītā). Bien que ce soit une description impersonnelle, cela ne veut pas dire pour autant que Dieu, le Seigneur Absolu, soit dépourvu de toute forme. Il possède une forme spirituelle distincte de celles qui sont façonnées à partir de la matière. Caitanya Mahāprabhu précise la différence dans ce verset.

Commenter cet article