par Sa Divine Grâce
_________  
Neuvième Chant 

"Histoire générale"  

______________________
  Quatrième Chapitre:
  "Durvāsā Muni offense
Ambarīṣa Mahārāja" 
Verset 18-20
 Comment employer ses
sens au service de Kṛṣṇa 
____________________
 
sa vai manaḥ kṛṣṇa-padāravindayor
vacāḿsi vaikuṇṭha-guṇānuvarṇane
karau harer mandira-mārjanādiṣu
śrutiḿ cakārācyuta-sat-kathodaye
 
mukunda-lińgālaya-darśane dṛśau
tad-bhṛtya-gātra-sparśe 'ńga-sańgamam
ghrāṇaḿ ca tat-pāda-saroja-saurabhe
śrīmat-tulasyā rasanāḿ tad-arpite
 
pādau hareḥ kṣetra-padānusarpaṇe
śiro hṛṣīkeśa-padābhivandane
kāmaḿ ca dāsye na tu kāma-kāmyayā
yathottamaśloka-janāśrayā ratiḥ

 

saḥ — il (Mahārāja Ambarīṣa); vai — en vérité; manaḥ — son mental; kṛṣṇa-pada-aravindayoḥ — (fixé) sur les pieds pareils-au-lotus de Śrī Kṛṣṇa; vacāḿsi — ses paroles; vaikuṇṭha-guṇa-anuvarṇane — décrivant les glores de Kṛṣṇa; karau — ses deux mains; hareḥ mandira-mārjana-ādiṣu — dans des activités comme le nettoyage du temple de Hari, la Personne Suprême; śrutim — son oreille; cakāra — occupée; acyuta — de (ou à propos de) Kṛṣṇa, qui ne faillit jamais; sat-kathā-udaye — à écouter des récits purement spirituels; mukunda-lińga-ālaya-darśane — à voir la mūrti, les temples et les saints dhāmas de Mukunda; dṛśau — ses yeux; tat-bhṛtya — des serviteurs de Kṛṣṇa; gātra-sparśe — à toucher ke corps; ańga-sańgamam — contact de son corps; ghrāṇam ca — et son sens de l'odorat; tat-pāda — de Ses pieds pareils-au-lotus; saroja — de la fleur de lotus; saurabhe — (à sentir) le parfum; śrīmat-tulasyāḥ — des feuilles de tulasī; rasanām — sa langue; tat-arpite — au prasāda offert au Seigneur; pādau — ses jambes; hareḥ — de Dieu, la Personne Suprême; kṣetra — lieux saints comme le temple ou Vṛndāvana et Dvārakā; pada-anusarpaṇe — à marcher vers ces lieux; śiraḥ — la tête; hṛṣīkeśa — de Kṛṣṇa, le maître des sens; pada-abhivandane — à offrir son hommage aux pieds pareils-au-lotus; kāmam ca — et ses désirs; dāsye — en se faisant le serviteur; na — ne pas; tu — en vérité; kāma-kāmyayā — avec un désir pour le plaisir des sens; yathā — comme; uttamaśloka-jana-āśrayā — si l'on cherche refuge auprès d'un bhakta comme Prahlāda; ratiḥ — attachement.

 

TRADUCTION

 

Mahārāja Ambarīṣa fixait constamment ses pensées sur les pieds pareils-au-lotus de Kṛṣṇa; de sa bouche, il glorifiait toujours le Seigneur, de ses mains il nettoyait le temple du Seigneur, et ses oreilles lui servaient à écouter les paroles prononcés par Kṛṣṇa  ou au sujet de Kṛṣṇa. De ses yeux, il contemplait la mūrti de Kṛṣṇa, les temples de Kṛṣṇa et les lieux où demeure Kṛṣṇa, comme Mathurā et Vṛndāvana; il utilisait son sens du toucher pour toucher le corps des dévots du Seigneur, son sens de l'odorat pour sentir le parfum des feuilles de tulasī offertes au Seigneur, et sa langue pour goûter le prasāda du Seigneur. Il employait ses jambes à marcher vers les lieux saints et les temples du Seigneur, sa tête à s'incliner devant le Seigneur, et tous ses désirs à servir le Seigneur vingt-quatre heures sur vingt-quatre. En vérité Mahārāja Ambarīṣa ne désirait jamais rien pour la satisfaction de ses propres sens. Il employait tous ses sens dans le service de dévotion, dans différentes activités consacrées au  Seigneur. Voilà comment accroître son attachement pour Dieu, la Personne Suprême, et se libérer complètement de tout désir matériel.

 

TENEUR ET PORTEE

 

Dans la Bhagavad-gītā (7.1), le Seigneur recommande: mayy āsakta-manāḥ pārtha yogaḿ yuñjan mad-āśrayaḥ. Ce verset indique que l'on doit exécuter le service de dévotion sous la direction d'un bhakta ou directement sous la tutelle de Dieu, la Personne Suprême. Toutefois, il n'est pas possible d'apprendre par soi-même, sans la direction du maître spirituel. Ainsi, d'après les instructions de Śrīla Rūpa Gosvāmī, le premier devoir d'un bhakta est d'accepter un maître spirituel authentique qui peut lui apprendre à employer ses différents sens dans le service transcendantal du Seigneur. Celui-ci dit aussi dans la Bhagavad-gītā (7.1): asaḿśayaḿ samagraḿ māḿ yathā jñāsyasi tac chṛṇu. En d'autres termes, si l'on veut comprendre Dieu, la Personne Suprême, dans Sa plénitude, il faut suivre les instructions données par Kṛṣṇa en marchant sur les traces de Mahārāja Ambarīṣa. Il est dit: hṛṣīkeṇa hṛṣīkeśa-sevanaḿ bhaktir ucyate —la bhakti consiste à employer ses sens au service du maître des sens, Kṛṣṇa, également appelé  Hṛṣīkeśa ou Acyuta. Ces mots sont utilisés dans ces versets (acyuta-sat-kathodaye, hṛṣīkeśa-padābhivandane), ainsi que dans la Bhagavad-gītā. La Bhagavad-gītā relève de la kṛṣṇa-kathā, car elle est énoncée directement par Kṛṣṇa, et de même le Śrīmad-Bhāgavatam car tous les récits que l'on y trouve sont remiés à Kṛṣṇa.

Commenter cet article