Le Srīmad Bhāgavatam 


par Sa Divine Grâce
"La création"   

__________________
 Treizième  Chapitre:
  "Dhṛtarāṣṭra quitte le palais" 
Verset 10

  Chaque endroit où se rend le pur
dévot devient lieu de pélerinage.
__________________
 
bhavad-vidhā bhāgavatās
tīrtha-bhūtāḥ svayaḿ vibho
tīrthī-kurvanti tīrthāni
svāntaḥ-sthena gadābhṛtā

 

bhavat — ta grâce; vidhāḥ — comme; bhāgavatāḥ — bhaktas; tīrtha — saints lieux de pèlerinage; bhūtāḥ — transformés en; svayam — en personne; vibho — ô être de puissance; tīrthī-kurvanti — transforme en saints lieux de pèlerinage ; tīrthāni — les lieux saints; sva-antaḥ-sthena — situé dans le coeur; gadā-bhṛtā — Dieu, la Personne Suprême.

 

TRADUCTION

O Souverain, les bhaktas qui ont les qualifiés de ta grâce sont en eux-mêmes de saints pèlerinages. Parce qu'en ton coeur tu portes Dieu, le Seigneur Suprême, tous les lieux où tu te rends deviennent lieux de pèlerinage.

TENEUR ET PORTÉE

Dieu, la Personne Suprême, est partout présent à travers Ses diverses énergies, comme l'énergie électrique est partout présente. Et de même qu'elle brille dans une ampoule, l'omniprésence du Seigneur brille, et devient perceptible, à travers Ses purs dévots, comme Vidura. Un tel bhakta ressent la présence du Seigneur en tous lieux: il voit toutes choses comme une manifestation de l'énergie du Seigneur, et en toutes choses le Seigneur.

Les divers lieux saints qui parsèment le monde ont pour fonction de purifier de toute souillure la conscience des hommes, en leur offrant une atmosphère saturée de la présence des purs dévots du Seigneur. Quiconque visite un lieu saint doit y chercher d'abord les purs bhaktas qui y séjournent, écouter leurs enseignements et s'efforcer de les mettre en oeuvre dans sa vie, se préparant de la sorte à trouver le chemin du salut ultime, du retour à Dieu. Un bain dans le Gange ou la Yamunā, la simple visite des temples qu'on y trouve, cela ne saurait constituer le seul but d'un pèlerinage, qui reste incomplet si l'on n'y rencontre des êtres à l'image de Vidura, dénués de tous désirs autres que de servir le Seigneur Suprême. En raison du service qu'ils Lui rendent sans partage, sans la moindre teinte d'action intéressée ou de spéculation abstraite, le Seigneur est toujours présent auprès d'eux, Ses véritables serviteurs. Le service qu'ils Lui offrent s'accomplit principalement par l'écoute et le chant de Ses gloires. D'abord, ils écoutent, des lèvres de sages autorisés, ce qui a trait au Seigneur, puis à leur tour Le glorifient, par le chant ou l'écriture. Mahāmuni Vyāsadeva nous en offre un exemple vivant, qui prêta l'oreille aux enseignements de Nārada pour ensuite les consigner par écrit; c'est de lui que son fils, Śukadeva Gosvāmī, connut le savoir pour ensuite le transmettre à Parīkṣit. Telles sont les voies du Śrīmad-Bhāgavatam.

Ainsi, par leurs seuls actes, les purs dévots du Seigneur ont pouvoir de transformer tout lieu en saint pèlerinage; les lieux sacrés ne sont tels que par eux. Par eux, en quelque endroit qu'ils se trouvent, toute souillure disparaît, et combien plus encore en un lieu déjà sacré mais rendu impur à cause de crapules qui s'y établissent comme professionnels de la spiritualité, cherchant par là à en tirer un profit personnel, au risque même de sacrifier la sainte réputation du pèlerinage.

Commenter cet article