Publié par Jagad

 

     Par Sa Divine Grâce
_______________________ 
Chapitre 9
Verset 23
    Ceux qui rendent un culte aux devas
n'adorent Kṛṣṇa qu'indirectement
_____________________
 
ye 'py anya-devatā-bhaktā
yajante śraddhayānvitāḥ
te 'pi mām eva kaunteya
yajanty avidhi-pūrvakam

 

ye — ceux qui; api — aussi; anya — des autres; devatā — devas; bhaktāḥ — dévots; yajante — adorent; śraddhayā anvitāḥ — avec foi; te — ils; api — aussi; mām — Moi; eva — seulement; kaunteya — ô fils de  Kuntī; yajanti — ils adorent; avidhi-pūrvakam — d'une mauvaise façon.

 

TRADUCTION

Toute oblation qu'avec foi l'homme sacrifie aux devas est en fait destinée à Moi seul, ô fils de Kunti, mais offerte sans la connaissance.

TENEUR ET PORTÉE

 

Kṛṣṇa dit : "Ceux qui adorent les devas ne sont pas très intelligents, même si, indirectement, c'est Moi qu'ils adorent." En effet, un homme qui arroserait les feuilles et les branches d'un arbre sans en arroser les racines, ou qui nourrirait les membres de son corps au lieu de son estomac, ferait preuve d'un bien médiocre savoir ou d'une grande négligence des lois naturelles les plus élémentaires. Les devas ne sont, pour ainsi dire, que des fonctionnaires et des ministres dans le gouvernement du Seigneur Suprême. De même qu'on doit suivre les lois édictées par le chef du gouvernement, et non celles émises par les fonctionnaires et les ministres, c'est au Seigneur seul qu'il faut vouer son adoration. Ses auxiliaires seront alors eux aussi satisfaits. Fonctionnaires et ministres sont nommés par le chef du gouvernement pour le représenter. Il est illégal de les soudoyer. Ainsi se traduit l'idée qu'expriment dans ce verset les mots avidhi-pūrvakam.  Kṛṣṇa réprouve donc la vaine adoration des devas.

Commenter cet article