Publié par BBT

Le Śrī Chaitanya Caritāmṛta
 

    

 par Sa Divine Grâce 
A.C Bhaktivedanta Swami Prabhupada 

undefined

   Adi-līlā  
 ___________________

Chapitre 8 
"L'auteur reçoit les ordres
    des autorités spirituelles"

Verset 24
    Les dix offenses aux Saints Noms
     _________________________
 
   

kṛṣṇa -nāma' kare aparādhera vicāra
   kṛṣṇa balile aparādhīra haya vikāra



kṛṣṇa-nāmale Saint Nom de Krishna; kare — prend; aparādhera — des offenses; vicāra — considération; kṛṣṇa — Le Seigneur Krsna; balile — si l'on chante; aparādhīra — des offenseurs; — jamais; haya — devient; vikāra — changé.

   

TRADUCTION
 

Il y a des offenses auxquelles il faut prendre garde lorsque l'on chante le mantra Hare Krishna. Il ne suffit donc pas de chanter Hare Krishna pour être transporté d'extase.


TENEUR ET PORTEE

 
Il est très bénéfique de chanter les noms sri-krsna-caitanya prabhu nityānanda avant de chanter le mahā-mantra Hare Krsna car en invoquant les saints noms de Sri Krsna Chaitanya et de Prabhu Nityānanda on est immédiatement transporté d'extase; si l'on chante ensuite le mahā-mantra Hare Krsna, on est alors affranchi de toute offense.

Il existe dix offenses que l'on ne doit pas commettre en chantant le maha-mantra Hare Krishna:

La première consiste à blasphémer les grandes personnalités qui se consacrent à la propagation du Saint Nom du Seigneur. Il est dit dans les sastras (C.C. Antya 7.11): kṛṣṇa-śakti vinā nahe tāra pravartana - on ne peut répandre les Saints Noms du maha-mantra à moins d'être investi de pouvoirs par Dieu, la Personne Suprême. Il ne faut donc pas critiquer ou blasphémer un dévot qui se consacre à cette mission.

Le Sri Padma Purāna déclare:

satāḿ nindā nāmnaḥ paramam aparādhaḿ vitanute 
yataḥ khyātiḿ yātaḿ katham u sahate tad-vigarhām

 

Blasphémer les personnes trés saintes qui prêchent les gloires du mahā-mantra Hare Krishna est la pire offense que l'on puisse commettre aux pieds-pareil-au-lotus du saint nom. On ne doit pas critiquer quelqu'un qui prêche les gloires du mahā-mantra Hare Krishna. Celui qui le fait est un offenseur. Le Nāma-prabhu, qui est identique avec Krishna, ne tolèrera jamais de tels outrages, même d'un homme qui passe pour un grand dévot du Seigneur.

La deuxième nāmāparādha s'énonce comme suit :

śivasya śrī-viṣṇor ya iha guṇa-nāmādi-sakalaḿ
dhiyā bhinnaḿ paśyet sa khalu hari-nāmāhita-karaḥ
 

En ce monde, le Saint Nom de Vishnou est source de toute heureuse fortune. Le Nom de Vishnu, Sa Forme, Ses Attributs et Ses Divertissements relèvent tous de la connaissance absolue. En conséquence, si l'on cherche à séparer Dieu, l'Être Absolu, de Son Saint Nom, de Sa Forme spirituelle, de Ses Attributs ou de Ses Divertissements, en les considérant comme matériels, on commet une grave offense. De même, penser que les noms de devas comme Shiva ont la même valeur que le Nom de Sri Vishnou - ou en d'autres termes, croire que Shiva et les autres devas sont d'autres formes de Dieu et sont donc égaux à Vishnou - constitue également un blasphème. C'est la deuxième offense aux pieds pareils-au-lotus du Seigneur.

La troisième offense aux pieds pareils-au-lotus du Saint Nom, dite guror avajñā , est de considérer le maître spirituel d'un point de vue matériel et d'envier alors sa haute position.

La quatrième offense (śruti-śāstra-nindanam) est de blasphémer les Écritures védiques telles que les quatre Vedas et les Puranas.

La cinquième offense (artha-vādaḥ) est de considérer les gloires du Saint Nom comme exagérées. De même,

la sixième offense (hari-nāmni kalpanam) est de considérer le Saint Nom du Seigneur comme une imagination.

La septième offense s'énonce comme suit :

nāmno balād yasya hi pāpa-buddhir
na vidyate tasya yamair hi śuddhiḥ


Continuer à se livrer à des activités pécheresses et chanter en même temps le mantra Hare Krishna en comptant sur le fait que le mantra peut neutraliser toutes les réactions dues aux actes pécheurs constitue la plus grave offense que l'on puisse commettre aux pieds pareils-au-lotus du hari-nama.

La huitième offense est la suivante:

dharma-vrata-tyāga-hutādi-sarva-śubha-kriyā-sāmyam api pramādaḥ.


Il est offensant de tenir le chant du mantra Hare Krishna pour un rite religieux. Exécuter des cérémonies religieuses, observer des vœux, pratiquer le renoncement et le sacrifice constituent des actes bénéfiques d'un point de vue matériel. Le chant du maha-mantra ne doit pas être comparé à ces actes de piété matérielle. Ce serait là une offense aux pieds pareils-au-lotus du Seigneur.

La neuvième offense :

 aśraddadhāne vimukhe 'py aśṛṇvati 
yaś copadeśaḥ śiva-nāmāparādhaḥ
 

 Il est offensant de prêcher les gloires du Saint Nom à des gens n'ayant aucune intelligence ou aucune foi dans ce domaine. On doit leur donner la chance d'entendre chanter le mantra Hare Krishna, mais au début, il ne faut pas leur expliquer les gloires de la signification spirituelle du Saint Nom. S'ils écoutent constamment le Saint Nom, leur cœur sera purifié et ils pourront alors comprendre la position transcendantale du Saint Nom.

La dixième offense s'énonce comme suit :

śrute 'pi nāma-māhātmye yaḥ prīti-rahito naraḥ
ahaḿ-mamādi-paramo nāmni so 'py aparādha-kṛt

 

 Si l'on a entendu les gloires du Saint Nom du Seigneur mais que l'on garde néanmoins une conception matérialiste de la vie, en pensant: " Je suis le corps et tout ce qui appartient à ce corps est à moi [aham mameti] , et que l'on ne montre pas de respect ni d'amour pour le chant du maha-mantra, on commet également une offense. C'est également une offense de demeurer inattentif alors que l'on chante le maha-mantra.

Commenter cet article