Publié par BBT

Le Srīmad Bhāgavatam     


par Sa Divine Grâce
 
 
Premier Chant 
"La création"   
 
_______________________
  Septième Chapitre:
"Châtiment du fils de Drona" 

Verset 4
Le Seigneur domine mâyâ
---------------------------------------


bhakti -yogena manasi
samyak praṇihite 'male
apaśyat puruṣaḿ pūrṇaḿ
māyāḿ ca tad-apāśrayam

 

bhakti — le service de dévotion; yogena — par la pratique unitive; manasi — du mental; samyak — parfaitement; praṇihite — absorbé dans; amale — sans impureté; apaśyat — vit; puruṣam — le Seigneur Suprême; pūrṇam — absolut; māyām — énergie; ca — aussi; tat — Son; apāśrayam — entièrement maîtrisée.  

 

TRADUCTION
 

Il établit alors parfaitement son mental dans la pratique unitive du service de dévotion, pur de toute souillure matérielle, et vit ainsi le Seigneur Suprême, Absolu, et avec Lui, qu'Il dominait toute, Son énergie externe.

   

TENEUR ET PORTEE


La vision parfaite de la Vérité Absolue ne s'obtient, comme le confirme d'ailleurs la Bhagavad-gita, qu'à travers la pratique unitive, ou yoga, du service de dévotion; unitive (BG 18.55): c'est-à-dire qui permet de s'unir, d'entrer en relation avec l'Absolu. On ne peut réaliser pleinement la Vérité Absolue, le Seigneur Suprême, que par la pratique du service de dévotion, qui représente en outre le plus haut savoir et donne d'atteindre le royaume de Dieu. La réalisation partielle, imparfaite, de l'Absolu que confère l'approche du Brahman impersonnel ou du Paramatma "localisé" ne peut, elle, donner accès au royaume absolu. Ainsi Sri Narada donna-t-il à Sri Vyasadeva , son disciple, le conseil de s'absorber en méditation sublime et absolue sur le Seigneur Suprême et Ses Activités. Si Srila Vyasadeva ne s'attarda pas sur l'éclat du Brahman, c'est que la vision parfaite de l'Absolu se situe au-delà, et que cette vision parfaite, comme l'enseigne la Bhagavad-gita, c'est celle du Seigneur Suprême: vasudevah sarvam iti. Les Upanisads, elles aussi, confirment que Vasudeva, le Seigneur Suprême, est voilé par l'hiranmaya patra, la radiance d'or du Brahman impersonnel, et ce n'est que lorsque ce voile est levé, par la grâce du Seigneur, qu'Il apparaît, Lui l'Absolu, sous Son vrai visage. Notre verset qualifie par ailleurs cet Absolu de purusha, d'Etre personnel. Tous les Ecrits védiques définissent l'Absolu comme le Seigneur Suprême; de même, la Bhagavad-gita affirme qu'Il est le purusha, la Personne originelle et éternelle. Seigneur Suprême et Absolu, Il est aussi l'Etre parfait, maître d'innombrables énergies, parmi lesquelles les énergies interne, externe et marginale prédominent. L'énergie (mâyâm) dont parle notre verset est sans contredit, le slokasuivant le confirmera par la description de ses influences, l'énergie externe. On compare cette énergie inférieure à l'obscurité; car elle garde les êtres prisonniers des ténèbres de l'ignorance. Le mot apâsrayam suggère par ailleurs qu'elle agit sous la complète domination du Seigneur. L'énergie interne, présente où la Personne Suprême est présente - comme le clair de lune qui toujours accompagne l'astre des nuits-, est aussi appelée mâyâ, mais il s'agit cette fois d'une mâyâ, ou énergie, toute spirituelle, déployée dans le royaume absolu. Quiconque se trouve sous la protection de cette puissance interne voit aussitôt se dissiper en lui les ténèbres de l'ignorance matérielle. Et même les atmaramas -les êtres qui sont déjà établis dans un parfait samadhi- cherchent refuge en cette mâyâ, ou énergie interne. Le service de dévotion, ou bhakti-yoga, représente la fonction propre à cette énergie; en lui, donc, nulle place pour l'énergie matérielle, ou l'énergie inférieure, tout comme l'obscurité ne saurait venir là où resplendit la lumière. L'énergie dont nous parlons, toute de félicité, dépasse même la félicité spirituelle qui accompagne la réalisation du Brahman impersonnel. La Bhagavad-gita souligne à ce propos que la radiance du Brahman impersonnel provient également du Seigneur Suprême, Sri Krsna. Ainsi, et les slokas ultérieurs l'expliqueront, le parama purusha ne peut être que Sri Krsna.

Commenter cet article