Publié par Isopanisad

 

undefined

 Par Sa Divine Grâce

  

INVOCATION
 

oḿ pūrṇam adaḥ pūrṇam idaḿ 
pūrṇāt pūrṇam udacyate
pūrṇasya pūrṇam ādāya
pūrṇam evāvaśiṣyate

 

oḿ — le Tout complet; purṇam — parfaitement complet; adaḥ — qui; pūrṇam — parfaitement complet; idam — ce monde manifesté; pūrṇāt — du tout-parfait; pūrṇam — unité complète; udacyate — est produit; pūrṇasya — du Tout complet; pūrṇam — complet, tout; ādāya — ayant été produit de; pūrṇam — parfait et complet; eva — malgré tout; avaśiṣyate — demeure.

 

TRADUCTION

 

Dieu, la Personne Suprême, est le Tout Complet et Absolu, et Sa perfection étant totale, tout ce qui émane de Lui, comme le monde phénoménal, constitue également une totalité complète en elle-même. Tout ce qui provient du Tout est un tout en soi, et parce que Dieu est absolu, Il demeure le Tout Complet bien que d'innombrables unités, complètes elles aussi, émanent de Lui.

 

TENEUR ET PORTEE

 

Le Tout Parfait, que l'on appelle aussi la Vérité Absolue, est Dieu, la Personne Suprême, parfaite et complète en Elle-même. Il est sac-cid-ananda-vigraha, c'est-à-dire qu'il est éternel (sat), qu'il possède la connaissance (cit) et la félicité (ananda) absolues, qu'il est doté d'une forme (vigraha). Le premier pas vers la réalisation spirituelle consiste à devenir conscient de la nature éternelle (sat) de l'Absolu. Or, cette réalisation est celle de l'éclat impersonnel de Dieu (le Brahman impersonnel), et elle n'est que partielle. La seconde étape consiste à prendre conscience et de l'éternité (sat) et de l'omniscience (cit) de la Vérité Absolue. Toutefois, cette réalisation, qui est celle de l' Ame Suprême (le Paramatma), est elle aussi incomplète. On ne réalise le Tout Parfait dans Son intégralité et sous tous Ses aspects que lorsqu'on prend conscience de tous les attributs absolus de Dieu, la Personne Suprême (Bhagavan), tels qu'ils se manifestent dans une forme (vigraha) éternelle (sat), possédant la connaissance (cit) et le félicité (ananda) totales.

Ainsi, le Tout Complet n'est pas dépourvu de forme. S'Il était sans forme, ou inférieur à ce qu'Il a créé sous quelque aspect que ce soit, Il ne serait pas complet. Le Tout doit tout inclure, tant ce qui est à notre portée que ce qui dépasse notre entendement, sans quoi Il serait incomplet.

Les innombrables énergies émanant du Tout sont aussi complètes et parfaites en elles-mêmes que Lui. Le monde phénoménal est donc également complet en lui-même, et les 24 éléments (l) dont il n'est qu'une manifestation temporaire, sont parfaitement conçus pour produire tout ce qui est nécessaire au maintien et à la subsistance de l'univers; ce processus ne requiert aucune intervention extérieure. La durée de l'univers est déterminée selon un plan divin, et quand son temps sera écoulé, cette manifestation temporaire sera anéantie, toujours selon les desseins de Dieu.

Les êtres vivants, fragments du Tout Parfait, complets en eux mêmes, ont, ici-bas, toutes chances de comprendre la relation qui les unit à Lui, et toutes les formes d'insatisfaction qu'ils éprouvent ne viennent que d'une connaissace imparfaite de l'Absolu.

De toutes les espèces vivantes, c'est le genre humain qui possède la conscience la plus haute, et l'on n'obtient ce corps privilégié qu'après de très nombreuses morts et renaissances dans les 8 400 000 formes de vie existant dans l'univers. (2) Si l'homme ne profite pas de son niveau de conscience supérieur pour réaliser sa plénitude en rapport avec l'Absolu, les lois de la nature matérielle le replongeront dans le tourbillon des morts et des renaissances.

Ignorant que la nature est déjà organisée de façon à satisfaire tous nos besoins, nous en épuisons les ressources par désir de jouir au maximum des plaisirs matériels. Cette vie centrée sur le plaisir des sens est trompeuse et illusoire, car l'être vivant ne peut pas même jouir de la vie matérielle sans être en communion avec l'Absolu. La main doit être unie au corps pour mettre ses capacités en oeuvre; qu'on la sépare du corps et, bien qu'elle ressemble encore à une main, elle ne pourra plus remplir ses fonctions naturelles. Il en va de même pour les êtres vivants; ils sont des parties infimes du Tout Complet, et tant qu'ils s'en écartent, ils n'ont de la plénitude que des reflets trompeurs, incapables de les satisfaire.

La vie humaine n'atteint sa plénitude que lorsqu'on la met au service de l'Absolu. Toute forme de service, que ce soit à l'échelle familiale, sociale, nationale, internationale ou même interplanétaire, restera décevante tant qu'elle ne sera pas, en parfaite harmonie avec le vouloir du Tout Complet, Dieu, la Personne Suprême. Et quand tout se trouve en parfaite harmonie avec l'Absolu, les parties intégrantes du Tout recouvrent leur plénitude originelle.

 

(1) L'énergie matérielle est formée de 24 éléments: les 5 éléments bruts (la terre, l'eau, le feu, l'air et l'éther), les 3 éléments subtils ne mental, l'intelligence et le faux ego), les 3 gunas (Vertu, Passion et Ignorance) à l'état non manifesté, les 5 organes de perception (les yeux, les oreilles, le nez, la langue et la peau), les 5 organes d'action (la bouche, les jambes, les bras, l'anus et les organes génitaux) et les 5 sens (l'odorat, le goût, la vue, le toucher et l'ouïe).

(2) Les 8 400 000 variétés de corps se divisent en 900 000 espèces aquatiques, 2 000 000 d'espèces végétales, 1 100 000 espèces de reptiles, 1 000 000 d'espèces d'oiseaux, 3 000 000 d'espèces de mammifères et 400 000 espèces humaines.

Commenter cet article