Publié par BBT

 

     Par Sa Divine Grâce
_______________________ 
Chapitre 11
Verset  8 
Krsna confère les yeux divins
pour Le voir

_____________________
  
 

  na tu māṁ śakyase draṣṭum
anenaiva sva-cakṣuṣā
divyaṁ dadāmi te cakṣuḥ
paśya me yogam aiśvaram



na: jamais; tu: mais; mâm: Moi; shaksyase: capable; drastum: de voir; amena: par ceci; eva: certes; sva-caksusâ:  de tes propres yeux; divyam: divins; dadami: Je donne; te: à toi; caksuh: yeux; pashya: voir; me: Mon; yogam aishvaram: pouvoir inconcevable.
 

TRADUCTION


Mais tu ne peux Me voir avec les yeux qui sont tiens; Je te confère donc les yeux divins par quoi tu pourras contempler Mes inconcevables pouvoirs.  


TENEUR ET PORTEE

Le pur bhakta n'aspire pas à voir Krsna sous une autre forme que Sa Forme à deux bras; cependant, s'il lui arrive de vouloir contempler la forme universelle du Seigneur seul  Ce dernier, par Sa grâce, peut le lui permettre. Pour voir cette forme, il ne s'agit pas d'user de son mental comme instrument de vision, mais d'yeux spirituels, et c'est pourquoi le Seigneur enseigne à Arjuna à changer sa vision, et non son mental. La forme universelle, comme le montrent clairement les versets de ce chapitre, ne constitue pas un aspect fondamental du Seigneur. Cependant, pour répondre au désir d'Arjuna, Krsna lui accorde la vision adéquate pour qu'il puisse voir cette forme.

Les bhaktas qu'unit à Krsna une relation pure, spirituelle, sont attirés par Ses aspects d'amour, et non pas par un déploiement impersonnel de puissances. Jamais les compagnons de jeu du Seigneur, Ses amis, Ses parents, ne désirent voir Ses grandeurs. La dévotion pure les inonde tant, qu'ils oublient même que Krsna est Dieu, la Personne Suprême; dans leurs échanges d'amour avec Lui, ils oublient qu'Il n'est autre que le Seigneur Suprême. Le Srimad-Bhagavatam enseigne que les jeunes garçons qui jouent avec Krsna ne sont pas des êtres ordinaires: tous relèvent de la plus haute vertu, et c'est seulement après de très nombreuses existences vouées à des actes pieux qu'il leur est accordé de jouer ainsi en la compagnie du Seigneur. Pour eux, Krsna est un ami intime; ils ne savent pas qu'Il est Dieu.

Le grand sage voit Krsna comme le Brahman impersonnel, le bhakta comme Dieu, la Personne Suprême, et l'homme du commun comme un être engendré par la nature matérielle. Le bhakta, encore un fois, n'a nul désir de voir la visva-rupa, la forme universelle du Seigneur, et si Arjuna demande à Krsna de la manifester, c'est afin de prouver l'authenticité de Ses dires. Ainsi, dans le futur, les hommes pourront-t-ils comprendre que Krsna ne S'est pas seulement présenté en tant qu'Etre Suprême de façon théorique et philosophique, mais S'est également manifesté comme tel. Et s'Il S'est ainsi manifesté devant Arjuna, c'est également parce que celui-ci constitue le premier chaînon de la parampara, la succession disciplique, et devra donc confirmer pour l'avenir la suprématie du Seigneur. Quiconque est vraiment sincère dans sa recherche de Dieu, la Personne Suprême, Krsna, quiconque désire marcher sur les traces d'Arjuna, doit comprendre que Krsna S'est non seulement présenté comme l'Etre Suprême, mais qu'Il S'est également révélé être cet Absolu.

Si Krsna dote Arjuna du pouvoir de connaître Sa forme universelle c'est que, nous l'avons vu, la requête de ce dernier n'est pas motivée par des désirs personnels.

Commenter cet article