Publié par BBT

   

par Sa Divine Grâce
 
Premier Chant
"La création"  
______________________
 Premier Chapitre:
  "Questions posées par les sages"
Verset 10
Les mauvaises qualités 
de l'homme dans l'âge de Kali
 _______________________

 

prāyeṇālpāyuṣaḥ sabhya
  kalāv asmin yuge janāḥ
   mandāḥ sumanda-matayo
      manda-bhāgyā hy upadrutāḥ

 

prâyena: presque toujours; alpa: maigre; âyusah: durée de vie; sabhya: qui est du nombre des érudits; kalau: dans cet âge de Kali, de discorde; asmin: ici; yuge: âge; janâh: les hommes; mandâh: paresseux; sumanda-matayah: désorientés; manda-bhâgyâh: infortunés; hi: et par-dessus tout; upadrutâh: troublés.

 
 TRADUCTION
 

  Dans cet âge de fer, âge de Kali, ô docte sage, les hommes ne vivent que peu d'années, ils sont belliqueux, indolents, égarés, infortunés et, par-dessus tout, constamment troublés.
 

TENEUR ET PORTEE

 

Les dévots du Seigneur aspirent sans cesse au progrès spirituel de l'humanité tout entière. Lorsque les sages de Naimisaranya étudièrent la condition de l'homme en cet âge de Kali, ils découvrirent entre autres que la durée de sa vie serait courte. Si le temps de l'existence est tellement réduit dans cet âge, ce n'est pas tant dû à un manque de nourriture qu'à des habitudes de vie irrégulières, car des habitudes régulières et une nourriture saine maintiennent aisément l'homme en bonne santé. Trop manger, trop rechercher le plaisir des sens, trop dépendre de la bienveillance d'autrui, tous ces excès, alliés à un cadre de vie purement artificiel, vident l'homme de toutes ses énergies, d'où l'amoindrissement de sa durée d'existence.

Les hommes de cet âge font également preuve d'une grande indolence, non seulement sur le plan matériel, mais aussi face à la réalisation spirituelle. Or, la vie humaine est particulièrement destinée à la réalisation spirituelle: l'homme doit pouvoir découvrir au cours de son existence sa propre nature comme celle du monde qui l'entoure et de la Vérité Absolue. La naissance humaine offre le moyen de mettre un terme à tous les déboires et souffrances nés, dans l'univers matériel, de la lutte pour la vie, et de retourner auprès de Dieu, en sa demeure éternelle. Mais parce qu'ils reçoivent une éducation malsaine, les hommes n'éprouvent plus aucun intérêt pour la réalisation spirituelle. Et même s'ils viennent dans ses parages, ils tombent alors le plus souvent victimes de maîtres dévoyés.

Dans cet âge encore, les hommes sont confrontés à nombre de crédos politiques divergents, et aussi à une infinité de divertissements incitant au plaisir sensuel, comme le cinéma, les sports, le jeu, les boîtes de nuit, les boutiques de livres matérialistes, la mauvaise compagnie, fumer, boire, tricher, chaparder, se quereller... Toutes choses dont ils deviennent les victimes et qui rendent leur mental constamment troublé et rempli d'angoisse.

Toujours dans cet âge, des êtres sans scrupule concoctent leur propre religion, leur propre voie de salut, sans tenir compte des Ecritures révélées; et il n'est pas rare que des hommes attachés au plaisir de leurs sens se laissent attirer par leur propagande. En conséquence, bon nombre d'actions impies s'accomplissent au nom de la religion, qui empêchent les hommes de trouver la paix du mental comme la santé du corps. Le brahmacarya n'existe plus, la vie étudiante est tout à fait dégradée, les chefs de famille ne suivent plus les normes du grhastha-asrama. Et les prétendus vanaprasthas ou sannyasis que deviennent parfois ces "grhasthas" se laissent facilement dévier du droit chemin. L'âge de Kali est aussi caractérisé par l'absence de foi qui y règne. Les hommes n'y portent plus d'intérêt aux valeurs spirituelles; la civilisation entière y repose sur la satisfaction des sens. Et pour maintenir cette civilisation matérialiste, les nations ont créé des systèmes fort complexes, causes de luttes constantes, où s'enchaînent guerres chaudes et froides. Les valeurs se sont tellement dégradées qu'il est devenu extrêmement difficile de raviver la conscience spirituelle des hommes. Mais les sages de Naimisaranya ont grand désir de désembourber toutes les âmes déchues; c'est pourquoi ils s'enquièrent ici du remède à tous les maux de l'âge noir auprès de Srila Suta Gosvami. 

Commenter cet article