Publié par BBT

Le Srīmad Bhāgavatam  


 
par Sa Divine Grâce 
A.C Bhaktivedanta Swami Prabhupada
undefined
  Premier Chant 
"La création"  

_________________
 Deuxième Chapitre: 
 "La divinité et le service de dévotion" 
Verset 13 
La perfection de la société: 
satisfaire Dieu 

__________________

 

ataḥ pumbhir dvija-śreṣṭhā
varṇāśrama-vibhāgaśaḥ
svanuṣṭhitasya dharmasya
saḿsiddhir hari-toṣaṇam



ataḥ — ainsi; pumbhiḥ — par l'homme; dvija-śreṣṭhāḥ — O meilleur des deux-fois-nés; varṇa-āśrama — l'institution des quatre varnas et âsramas; vibhāgaśaḥ — par la division de; svanuṣṭhitasya — de ses devoirs propres; dharmasya — occupation; saḿsiddhiḥ — la plus haute perfection; hari — Dieu, la Personne Suprême; toṣaṇam — satisfaction de.


TRADUCTION
 

 Ainsi a-t-il été conclu, ô meilleur des deux-fois-nés, que la plus haute perfection que l'on puisse atteindre en s'acquittant de ses devoirs dans l'institution du varnasrama est de satisfaire le Seigneur, Sri Hari.
 

TENEUR ET PORTEE
 

En quelque endroit du monde que ce soit, la société humaine se divise en quatre varnas et asramas. Les quatre varnas sont constitués par le groupe intellectuel, le groupe administratif et militaire, le groupe productif, et le groupe ouvrier. Ce qui détermine l'activité, ou l'appartenance de chacun à l'un ou l'autre des varnas, ce n'est pas l'hérédité, mais les qualités de l'individu et la nature de son occupation. Quant aux asramas, il s'agit des quatre stades de l'existence, correspondant à la période des études, puis de la vie familiale, de la retraite et de la pure vie dévotionnelle. Ces divisions doivent exister, dans le plus grand intérêt de tous; sans elles, aucune institution sociale ne peut croître sainement. Et pour chacun de ces varnas et asramas, le but doit être de satisfaire le maître absolu, Dieu.

On désigne ce système social, mode purement naturel du développement d'une société civilisée, du nom de varnasrama-dharma. L'institution du varnasrama est précisément conçue pour permettre de réaliser graduellement la Vérité Absolue, et non pour favoriser la domination injustifiée d'un groupe par rapport aux autres. Mais lorsque, par un trop grand attachement au plaisir des sens (indriya-priti), le but de l'existence -réaliser la Vérité Absolue- quitte la mémoire, comme nous l'avons déjà montré, des égoïstes mésusent de ce système et se dressent en dominateurs sur des groupes plus faibles. Si ce genre de calamité est déjà chose courante dans le kali-yuga, l'âge de la discorde, les hommes encore sains d'esprit savent très bien, eux, que la division de la société en varnas et asramas a pour unique but d'harmoniser les rapports sociaux et de favoriser de cette manière des pensées d'ordre supérieur, de faciliter la réalisation spirituelle.

Ainsi, le but de l'existence, ou la plus haute perfection possible grâce au varnasrama-dharma, est de servir et satisfaire conjointement le Seigneur Suprême. Ce message -celui de notre verset- se trouve par ailleurs confirmé dans la Bhagavad-gita  (BG 4.13) .

Commenter cet article