Publié par BBT

La Bhagavad-gîtâ telle qu'elle est

par Sa Divine Grâce
A.C.Bhaktivedanta Swami Prabhupada

 
Résumé et Etude de Subhananda

CHAPITRE 17



Les branches de la foi
 

 
Au quatorzième chapitre, Krishna expliquait à Arjuna que le service de dévotion (bhakti-yoga) permet de transcender les trois modes d’influence de la nature matérielle. Et Il concluait le chapitre quinze en déclarant que Sa divinité suprême et Son adoration représentent l’essence secrète du savoir védique. Puis, au seizième chapitre, Krishna insistait que pour s’élever spirituellement, il faut adhérer aux préceptes des Écritures.

        

 Les 3 formes d'adoration selon l'influence des 3 gunas 


Maintenant, au début du présent chapitre, Arjuna s’enquiert de la position de quiconque se voue à un culte de son invention, et qui ne suit pas les principes des Écritures. Une telle foi baigne-t-elle dans la Vertu, la Passion ou l’Ignorance ? (1) Krishna répond que la foi peut appartenir à trois ordres, qui correspondent aux trois gunas dont ils procèdent d’ailleurs (2-6). Il décrit ensuite les caractéristiques de quatre items : la nourriture, le sacrifice (yajña), l’austérité (tapasya) et la charité (dana) – selon chacun des trois gunas. Les sacrifices, pénitences et austérités sous le signe des modes inférieurs (Passion et Ignorance) visent des gains matériels, aussi égoïstes que temporaires, comme la richesse, le pouvoir et le prestige. Les mêmes activités accomplies sous le signe de la Vertu, toutefois, sont conformes au devoir et aux principes des Écritures; désintéressées, elles ont pour but la purification et l’élévation (7-22). Aux derniers versets du chapitre, Krishna explique, en essence, que les sacrifices, les austérités et la charité ne doivent être accomplis que pour Sa satisfaction. Se référant à la tradition sacrificielle védique, où le mantra Om tat sat (désignant la Vérité Suprême et Absolue) est prononcé par les brahmanas pour la satisfaction du Suprême, Krishna explique que les sacrifices, les austérités et la charité accomplis pour Lui plaire favorisent l’émancipation spirituelle. Mais accomplis sans foi en le Suprême et hors des préceptes scripturaires (sous le signe de la Passion et de l’Ignorance), ils ne donnent que des fruits matériels, éphémères; aussi les dit-on vains. Par contre, l’adoration – ou la foi – sous le signe de la Vertu, fondée sur les Écritures et dictées par le devoir, purifie le cœur de son auteur et mène à la pure dévotion pour Krishna. Cette foi qui transcende les modes d’influence de la nature est qualifiée de nirguna (23-28).