Publié par BBT

 
La sagesse éternelle de l'Inde se trouve exprimée dans les Vedas, anciens Textes sanskrits traitant de toutes les branches du savoir. Transmis oralement depuis les origines, les Vedas furent transcrits pour la première fois il y a cinq mille ans, par Srila Vyasadeva, l'avatara-Ecrivain. Vyasadeva ajouta aux Vedas originels un recueil d'aphorismes où il révélait l'essence des Vedas, et qui prirent nom de Vedanta-sutras. Et le Srimad-Bhagavatam se trouve être le commentaire, par Vyasadeva Lui-même, de ces Vedanta-sutras, commentaire rédigé selon les instructions de Sri Narada Muni, le maître de Vyasadeva, dans la maturité de la réalisation spirituelle. Décrit comme "le fruit mûr de l'arbre des Vedas", le Srimad-Bhagavatam renferme le plus vaste et le plus parfait ensemble de savoir védique.

Après avoir compilé cette ceuvre majeure, Vyasadeva la transmit à son fils, le sage Sukadeva Gosvami, sous une forme condensée.

Sukadeva Gosvami énonçant le Srimad Bhagavatam à Pariksit Maharaja, il y a 5000 ans  au bord du Gange à Hastinapura.          


Puis, plus tard, Sukadeva Gosvami la dévoila dans son entier à Maharaja Pariksit, parmi toute une assemblée de saints érudits, près d'Hastinapura (maintenant Delhi), sur les rives du Gange. Maharaja Pariksit était alors l'empereur du monde, et possesseur de toutes les qualités du rajarsi, du saint roi. Averti de sa mort sept jours à l'avance, il renonça aussitôt à son royaume et se retira sur la rive du Gange pour jeûner et s'enquérir de la vérité spirituelle jusqu'à ce que s'accomplisse la prophétie. Le Srimad-Bhagavatam commence vraiment avec la profonde requête qu'adresse l'empereur Pariksit à Sukadeva Gosvami:

 "Puisque tu es le maître spirituel des grands saints et bhaktas, je t'implore de tracer, pour tous les hommes, et plus particulièrement celui qui est sur le point de mourir, la voie de la perfection. Indique-moi, je t'en prie, ce qu'un homme doit entendre, glorifier, se rappeler et adorer, mais aussi ce qu'il doit éviter. Daigne me révéler ce savoir."

La réponse de Sukadeva Gosvami à cette question, et à toutes celles, nombreuses, que Maharaja Pariksit lui posa ensuite, sur tous les sujets -des origines de l'Univers à la nature du moi spirituel-, absorbèrent profondément l'attention des sages alors assemblés sur la rive du Gange, pendant les sept jours qui précédèrent la mort de l'empereur. Parmi eux se trouvait Suta Gosvami, qui par la suite redit le Srimad-Bhagavatam devant une autre assemblée de sages, cette fois dans la forêt de Naimisaranya. Soucieux du bien-être spirituel de l'humanité, les sages de Naimisaranya s'étaient assemblés dans la forêt en vue d'accomplir une longue chaîne de sacrifices visant à contrecarrer les influences dégradantes de l'âge naissant, le kali-yuga. En réponse aux sages qui le priaient de révéler l'essence de la sagesse védique, Suta Gosvami répéta de mémoire les dix-huit mille versets du Srimad-Bhagavatam, tels qu'il avait entendu Sukadeva Gosvami les transmettre à Maharaja Pariksit.

Le lecteur du Srimad-Bhagavatam entend Suta Gosvami relater les questions de Maharaja Pariksit et les réponses de Sukadeva Gosvami, mais parfois aussi, les réponses personnelles de Suta Gosvami aux questions de Saunaka Rsi, porte-parole des sages de Naimisaranya. Il participe ainsi à deux dialogues simultanés, l'un entre Maharaja Pariksit et Sukadeva Gosvami, sur la rive du Gange, et l'autre à Naimisaranya, entre Suta Gosvami et les sages assemblés dans la forêt sacrée. En outre, Sukadeva Gosvami, dans ses instructions au roi Pariksit, rapporte souvent des épisodes historiques où prennent place de longs échanges philosophiques entre grands mahatmas comme le saint Maitreya et son disciple Vidura. Voilà ce que le lecteur du Bhagavatam doit savoir pour suivre sans mal la succession des dialogues, entrecoupés d'événements divers, qui le constituent. De plus, la véritable importance de ce texte vient de la sagesse philosophique qu'il renferme, et non de la chronologie des événements qu'il rapporte; ainsi n'y a-t-il qu'à porter toute son attention sur le sujet même du Srimad-Bhagavatam pour en saisir pleinement la portée.
 

            
Srila Prabhupada discourant sur le Srimad Bhagavatam  


Le présent ouvrage constitue une traduction fidèle, enrichie d'un commentaire élaboré, de cette ceuvre essentielle. Il est le fruit de l'érudite dévotion de Sa Divine Grâce A.C. Bhaktivedanta Swami Prabhupada, le maître le plus représentatif en matière de pensée religieuse et philosophique indienne. Sa parfaite connaissance du sanskrit et son lien étroit avec la pensée et la culture védique, de même qu'avec les modalités de la vie moderne, lui permettent d'offrir à l'Occident cette oeuvre classique dans son rayonnement le plus vif.

Le lecteur de cet ouvrage y trouvera un vaste trésor de savoir. Pour ceux qui s'intéressent aux racines traditionnelles de la civilisation de l'Inde, il représente une source intarissable d'informations détaillées sur les aspects les plus divers. Aux étudiants de philosophie ou de religions comparées, il offre de percer le sens profond de l'héritage spirituel de l'Inde. Aux sociologues et aux anthropologues, il dévoile les mécanismes de la société védique, scientifiquement organisée et parfaitement paisible instituée sur les bases d'une haute pensée spirituelle. Les hommes de lettres y découvriront un chef-d'oeuvre de poésie. Les psychologues y puiseront d'importantes informations sur la nature de la conscience, sur le comportement humain et l'identité de l'être. Enfin, pour ceux qui cherchent à approfondir les voies de la spiritualité, le Bhagavatam représente un guide simple et pratique permettant d'atteindre à la plus haute connaissance de soi et à l'ultime réalisation de la Vérité Absolue. Le texte entier, en plusieurs volumes, publié par les Editions Bhaktivedanta occupe, et occupera longtemps, une place de première importance dans la vie intellectuelle, culturelle et spirituelle de l'homme.

Commenter cet article