Publié par BBT

Le Srīmad Bhāgavatam     


par Sa Divine Grâce

  Sixième Chant 
"Les devoirs assignés 
à l'humanité"
   

__________________
 Troisième Chapitre:
"Yamaraja instruit ses messagers"  
Verset 19
Les principes de la religion
sont définis par Dieu

__________________ 


 dharmaḿ tu sākṣād bhagavat-praṇītaḿ
na vai vidur ṛṣayo nāpi devāḥ
na siddha-mukhyā asurā manuṣyāḥ
kuto nu vidyādhara-cāraṇādayaḥ

 

dharmam — les véritables principes religieux, ou les lois authentiques de la religion; tu — mais; sākṣāt — directement; bhagavat — par Dieu, la Personne Suprême; praṇītam — produits; na — ne pas; vai — en fait; viduḥ — ils savent; ṛṣayaḥ — les grands ṛṣis comme Bhṛgu; na —ne pas; api — aussi; devāḥ — les devas; na — non plus; siddha-mukhyāḥ — les principaux dirigeants de Siddhaloka; asurāḥ — les démons; manuṣyāḥ — les habitants de Bhūrloka, les êtres humains; kutaḥ — où; nu — en vérité; vidyādhara — les devas inférieurs connus sous le nom de Vidyādharas; cāraṇa — ceux qui résident sur les planètes où les gens sont par nature de grands musiciens et de grands chanteurs; ādayaḥ — et ainsi de suite.


TRADUCTION
 

Les véritables principes de la religion sont définis par Dieu, la Personne Suprême, car ni les grands rsis habitant les planètes les plus élevées et parfaitement établis dans la vertu, ni les devas, ni les dirigeants de Siddhaloka, et encore moins les asuras, les hommes ordinaires, les Vidyadharas ou les Caranas, ne sauraient le faire.


TENEUR ET PORTEE


 [nde: ce verset se rapporte à l'histoire d'Ajamila (voir "Visiteurs de l'au-delà" ). A cet instant du récit, alors que les Yamadutas, les agents de la mort, se préparent à emporter Ajamila, pour le juger et le soumettre aux punitions de l'enfer, les Visnudutas, les agents du Seigneur Suprême, s'interposent et les empêchent d'accomplir leur tâche. Ils s'étonnnent de la présence des agents de la mort au chevet d'Ajamila  - car celui-ci ayant, à l'instant de mourir, prononcer le Saint Nom de Narayâna,  devient à cet instant non seulement absous de tous ses péchés mais plus encore, éligible pour le Royaume spirituel. Les Visnudutas questionnent alors la légitimité des Yamadutas à  représenter véritablement Yamaraja, leur maître, le déva de la mort, celui-même qui est chargé de  juger les pécheurs à l'instant de la mort à partir des principes de  la religion.]  
 

Lorsqu'ils furent mis en demeure par les Visnudutas d'énoncer les principes de la religion, les Yamadutas répondirent: veda-pranihito dharmahles principes de la religion sont ceux que définissent les Ecritures védiques. Cependant, ils ignoraient que ces Ecritures décrivent des rites qui n'ont rien de spirituel, et qui sont uniquement destinés à maintenir l'ordre et la paix entre les êtres matérialistes de ce monde. Les véritables principes de la religion sont nistraigunyas, c'est-à-dire au-dessus des trois gunas, ou purement spirituels. Les Yamadutas ne connaissaient pas ces principes religieux spirituels, et c'est pourquoi ils furent surpris qu'on les empêchât d'arrêter Ajamila. Dans la Bhagavad-gita  , Krsna décrit les matérialistes qui mettent toute leur foi dans les rites védiques: veda-vāda-ratāḥ pārtha nānyad astīti vādinaḥ — les prétendus fidèles des Vedas affirment qu'il n'y a rien qui surpasse les cérémonies védiques (Bg 2.42) . En Inde, il existe ainsi un groupe d'hommes qui se montrent très attirés par les rites védiques, mais qui ne comprennent pas que ces rites sont destinés à élever peu à peu une personne jusqu'au niveau spirituel où elle pourra connaître Krsna (vedais ca sarvair aham eva vedyah). Ceux qui ignorent ce principe et n'attachent foi qu'aux seuls rites védiques sont appelés veda-vada-ratah.

Ce verset déclare que le véritable principe de la religion est celui qui est indiqué par Dieu, la Personne Suprême. La Bhagavad-gita énonce clairement ce principe: sarva-dharman parityajya mam ekam saranam vraja —il faut laisser là tout autre devoir pour s'abandonner aux pieds pareils-au-lotus de Krsna (BG 18.66) . Tel est le véritable principe religieux que tous devraient observer. Même si quelqu'un obéit aux Textes védiques, il n'est pas dit qu'il connaisse ce principe transcendant, car il n'est pas connu de tous. Même les devas vivant sur les systèmes planétaires supérieurs n'en ont pas conscience, et encore moins les êtres humains. Ce principe religieux transcendant doit être assimilé directement auprès de Dieu, la Personne Suprême ou de Son représentant spécial; c'est ce qu'enseignent les versets qui vont suivre.

Commenter cet article