Publié par BBT

Le Srīmad Bhāgavatam 

 

par Sa Divine Grâce
 
Premier Chant 
"La création"  
_____________________
 Deuxième Chapitre:
  "La divinité et le service de dévotion"
Verset 9 
Tout occupation devrait avoir
pour but la libération
________________


dharmasya hy āpavargyasya
nārtho 'rthāyopakalpate
nārthasya dharmaikāntasya
kāmo lābhāya hi smṛtaḥ


dharmasya — occupational ; hi — certes; āpavargyasya — libération ultime; na — ne pas; arthaḥ — fin; arthāya — pour des bienfaits matériels; upakalpate — est destiné à ; na — non plus; arthasya — des gains matériels; dharma-eka-antasya — pour celui qui est engagé dans l'occupation; kāmaḥ — plaisir des sens; lābhāya — acquisition de ; hi — exactement; smṛtaḥ — est décrites par les grands sages.
 

TRADUCTION

Toute occupation de l'homme doit avoir pour but ultime la libération, aucune ne doit être accomplie en vue de quelque bienfait matériel. D'autre part, celui qui emprunte la voie de l'occupation ultime, du service suprême, ne doit jamais utiliser pour la satisfaction des sens les bienfaits matériels qui s'offrent à lui. Voilà ce qu'affirment les grands sages.


TENEUR ET PORTEE


Nous avons déjà expliqué que le service de dévotion pur offert au Seigneur entraîne de lui-même le développement du parfait savoir et du parfait détachement de l'existence matérielle (SB 1.2.7) . Mais certains croient que toutes les occupations, y compris celles de la religion, doivent être accomplis en vue d'obtenir des bienfaits matériels. C'est bien en effet une tendance générale pour les hommes du commun, dans toutes les parties du monde, que d'attendre quelque récompense matérielle en échange du service, des efforts fournis dans l'accomplissement de leur occupation respective, et ce, à tous les niveaux, religieux ou autre. Même les Vedas promettent un bienfait matériel séduisant en retour des divers actes de piété, et la masse se laisse fasciner par de telles promesses. Pourquoi donc des hommes "pieux" mordent-ils ainsi à l'appât des plaisirs matériels ? Simplement parce que ces bienfaits permettent de contenter certains désirs, et ainsi de procurer une certaine satisfaction aux sens. Tel est le mécanisme régissant toutes ces occupations matérielles. Il implique des actes, y compris ceux de la fausse piété, enchaînés à l'acquisition de bienfaits matériels, qui à leur tour seront utilisés pour l'assouvissement des désirs sensuels de l'être. Cette satisfaction des sens représente le but que poursuivent tous les hommes "affairés" de ce monde. Mais l'assertion de Suta Gosvami dans ce sloka, qui contient le verdict du Srimad-Bhagavatam, infirme totalement un tel mode d'être.

L'on ne devrait donc pas s'engager dans un service, ou une occupation, quels qu'ils soient, à seule fin d'en retirer des bienfaits d'ordre matériel, pas plus qu'on ne devrait utiliser les facilités matérielles qui s'offrent à nous pour combler nos sens. Le verset suivant nous enseigne de quelle façon il faut user des gains matériels.

Commenter cet article